The Mariana Web

Mar
1
Filed under : Scrapbook | Tags : | 1er mars 2015

Post

Le Deep Web (l’Internet profond ou Dark Internet) est la partie la plus profonde d’Internet. Il n’est pas possible d’y accéder à partir de navigateurs ordinaires. La plupart des informations qui y circulent concernent des activités illégales telles que le trafic d’armes, de drogues, d’organes, de personnes, d’animaux, le cannibalisme, l’embauche de tueurs à gages, le terrorisme, toutes sortes de marché noir. Ses pages ne sont accessibles que via TOR (The Onion Router), un logiciel qui permet de communiquer anonymement sur Internet. TOR redirige le trafic Web à travers un réseau complexe d’ordinateurs, animé par des milliers de bénévoles, afin de cacher et d’empêcher les réseaux de surveillance et les analystes de trafic de découvrir la véritable localisation et les adresses des utilisateurs.
Mais il existe encore un autre niveau plus profond sur le Web : le Web marial. C’est la partie la plus sombre de l’Internet noir. Seuls des programmeurs qualifiés peuvent y accéder. Vous y trouverez des choses comme les plans des expériences de Tesla, des expériences secrètes menées pendant la Seconde Guerre mondiale, toutes sortes de snuff movies ou le véritable emplacement de l’Atlantide. La plupart du temps, il ne suffit pas d’être un programmeur expérimenté et il faut aussi disposer d’un équipement matériel spécial comme, par exemple, des ordinateurs quantiques. L’informatique quantique repose sur l’utilisation de qubits au lieu de bits. Alors qu’en informatique numérique, un bit ne peut avoir que deux valeurs (0 ou 1), en informatique quantique, la valeur peut être 0, 1 ou 0 et 1 en même temps, ce qui permet de réaliser des opérations beaucoup plus complexes grâce à de nouvelles portes logiques (portes logiques quantiques réversibles), qui rendent possibles de nouveaux algorithmes.
Mais il existe encore un autre niveau. Dans la partie la plus sombre de la partie la plus sombre de la partie la plus sombre de la partie la plus sombre, vous pouvez encore trouver des choses comme des informations gouvernementales top secrètes, des preuves de l’existence d’ovnis et autres.

Pour beaucoup, le Web marial n’est qu’un mythe. D’autres, en revanche, passent leurs journées à surfer sur le Web profond à la recherche de signes de son existence.

Share the post « The Marian Web »

  • Twitter

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *