Test d’entretien de l’éveil


Quel est le but du test d’entretien de l’éveil?

Le principal objectif du test d’entretien de l’éveil (WST) est d’évaluer la capacité de l’individu à rester éveillé pendant un certain temps. Il a été conçu par M. Mitler en 1982 pour évaluer l’état d’éveil et comme une méthode alternative et non opposée au test de latence multiple du sommeil /TLMS).

La mesure de la capacité à rester éveillé a une valeur importante en tant que mesure de la vigilance diurne dans les situations où il est nécessaire d’être dans un état d’attention important.

Comment se déroule le test ?

En ce moment, l’Académie de médecine du sommeil a fait un consensus sur le protocole VMT. Comme le TLMS, le VMT doit être précédé d’un PSG de nuit et les préparatifs du test sont essentiels. Il faut donc exclure la prise de substances stimulantes qui pourraient modifier le résultat du test.

La configuration requise est la même que pour le TLMS avec un enregistrement de l’EEG frontal, central et occipital, de l’EOG, de l’EMG mentonnier et de l’ECG.

Le test consiste en 4 enregistrements de 20 à 40 minutes séparés par 2 heures à partir du réveil du PSG. La personne est assise dans son lit, dans une pièce éclairée par une lumière indirecte (0,1 à 1,13 lux) et il lui est demandé de rester éveillée le plus longtemps possible. Le technicien surveillera et le médecin vérifiera le début du sommeil, défini comme la première époque de n’importe quel stade du sommeil. Si 3 époques de stade 1 ou une époque de stade 2, 3 ou REM apparaissent dans les 20 à 40 minutes, l’enregistrement sera interrompu à ce moment-là.

Comment est interprété le test de maintien de l’éveil ?

Bien que les valeurs de normalité fassent l’objet de controverses, un article définit la valeur normale basse en dessous de deux écarts types pour la sieste de 20 minutes comme étant de 10,9 (moyenne= 18,1 ± 3,6) et pour la sieste de 40 minutes comme étant de 12,9 (moyenne= 32,6 ± 9,9). En général, les valeurs inférieures à 8 minutes sont considérées comme anormales. Il a été suggéré que les patients présentant des valeurs inférieures à 15 minutes ne devraient pas conduire, bien qu’aucun consensus n’ait été atteint.

Quand un test de maintien de l’éveil est-il demandé ?

Contrairement au TLMS qui évalue la tendance à s’endormir, le VMT évalue la capacité à rester éveillé, ce qui permet de donner des informations pertinentes sur la capacité fonctionnelle diurne. Les applications les plus fréquentes de la VMT sont : l’évaluation de la capacité d’un individu à rester éveillé dans les emplois à risque, et chez les patients souffrant de narcolepsie ou de SAHOS en traitement et qui ont besoin d’une VMT pour documenter leur capacité à rester éveillé.

Article rédigé et revu par le Dr A. Ferré. Médecin spécialisé dans la médecine du sommeil. Si vous avez des questions sur le sujet, vous pouvez consulter directement le médecin en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *