Syndrome de sensibilité chimique multiple (MCS)

J’ai été informé qu’en Italie 4 000 personnes souffrent de sensibilité chimique multiple, un syndrome immunotoxique inflammatoire qui entraîne une perte irréversible de la capacité à tolérer les agents chimiques;

Le MCS est un syndrome multisystémique d’intolérance environnementale qui provoque des maladies invalidantes affectant plusieurs systèmes physiologiques : les systèmes rénal, cardiovasculaire, respiratoire, digestif, tégumentaire, neurologique, musculo-squelettique et endocrinien-immunitaire. Les symptômes apparaissent en réponse à l’exposition à de nombreux produits chimiques indépendants présents dans l’environnement. Il s’agit d’un état d’inflammation chronique qui conduit fréquemment au développement de formes de leucémie et de tumeurs : l’organisme ne peut tolérer aucune quantité, aussi minime soit-elle, de produits chimiques synthétiques présents dans l’environnement, tels que les pesticides, les désinfectants, les parfums synthétiques, les déodorants à usage personnel ou domestique, les papiers imprimés, les encres, les plastiques, les médicaments, les anesthésiques, les textiles et les tissus, bref, tous ceux qui proviennent de l’industrie pétrochimique. La polysensibilité chimique est l’une des maladies les plus graves connues dans le monde, car elle implique un handicap total qui entraîne un isolement physique et empêche toute forme de vie sociale.

Considérant qu’il s’agit d’une maladie reconnue aux États-Unis (35 millions de malades), et qu’en Italie, elle n’est pas inscrite au registre des maladies rares, bien qu’elle ait été demandée il y a presque dix ans, de sorte que les malades restent juridiquement invisibles ;

Compte tenu de la sensibilité européenne à la question de  » l’environnement et de la santé « , soulignée dans le rapport HUSS,

Considérer que continuer à ignorer ce problème en Europe revient à reconnaître qu’il existe encore des citoyens de seconde zone, dont le droit à la santé n’est pas reconnu ;

La Commission européenne peut-elle dire si elle a l’intention de soutenir de manière adéquate et de fournir un service précieux aux personnes atteintes de ce syndrome dans les pays membres, en veillant à ce que le SCD soit inclus dans les listes nationales de maladies rares, avec une exemption du paiement des prestations liées au diagnostic et aux traitements ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *