.st0{fill:#231F20;} (Français)

Les enfants qui passent une heure exposés à une lumière vive avant le coucher ont une production plus faible de mélatonine, une hormone impliquée dans la consolidation du sommeil et la régulation des cycles veille-sommeil. Cet effet se maintient pendant au moins 50 minutes après l’extinction des lumières, rapportent des chercheurs de l’Université du Colorado à Boulder dans Physiological Reports.

L’étude s’ajoute à un nombre croissant de résultats suggérant qu’en raison de différences structurelles dans leurs yeux, les enfants peuvent être plus vulnérables à l’impact de la lumière sur le sommeil et l’horloge biologique. « Bien que les effets de la lumière aient été largement étudiés chez les adultes, on ne sait pratiquement rien de la manière dont l’exposition nocturne à la lumière affecte la physiologie, la santé et le développement des enfants d’âge préscolaire », explique Lameese Akacem, auteur principal de la recherche. « Dans cette étude, nous avons constaté que les enfants sont extrêmement sensibles à la lumière. »

Moins de mélatonine au coucher

Pour l’étude, les chercheurs ont fait participer 10 enfants en bonne santé âgés de 3 à 5 ans. Du premier au cinquième jour, ils ont suivi un programme strict pour normaliser leur horloge biologique et établir un schéma dans l’augmentation nocturne de la mélatonine. Le sixième jour, les expérimentateurs ont créé un environnement faiblement éclairé dans la chambre des enfants : ils ont recouvert les fenêtres de plastique noir et remplacé les lumières habituelles par des ampoules de faible puissance. De cette façon, ils se sont assurés que tout le monde était exposé aux mêmes conditions d’éclairage. Ils ont également prélevé des échantillons de salive des sujets pour évaluer les niveaux de mélatonine. La nuit suivante, les enfants ont été invités à colorier des images ou à jouer avec des tuiles magnétiques sur une table avec une surface lumineuse de 1000 lux (similaire à la lumière d’une pièce lumineuse) pendant une heure. Ils ont ensuite prélevé de nouveau des échantillons salivaires pour comparer les niveaux de mélatonine avec ceux de la nuit précédente. Ils ont constaté qu’ils avaient diminué de 88 % après une exposition à la lumière vive. Les niveaux de mélatonine sont restés bas pendant au moins 50 minutes.

« La lumière est le principal « gardien du temps » de notre horloge cérébrale », explique Monique LeBourgeois, une autre des auteurs. « Nous savons que les jeunes individus ont des pupilles plus grandes et des cristallins plus transparents que les adultes. Cette plus grande sensibilité à la lumière les rend plus enclins à un dérèglement du sommeil et de l’horloge circadienne. » Lorsque la lumière pénètre dans la rétine de l’œil la nuit, elle produit une cascade de signaux destinés au système circadien pour supprimer la mélatonine, ce qui, chez les enfants d’âge préscolaire, peut entraîner non seulement des difficultés à s’endormir un soir, mais aussi des troubles chroniques du sommeil. « Les effets de la lumière sur l’exposition nocturne peuvent aller au-delà du sommeil », explique Akacem.

Cependant, les chercheurs notent que l’échantillon de leur étude est petit et que l’intensité lumineuse qu’ils ont utilisée est supérieure à celle émise par un appareil électronique, par exemple. Dans une prochaine étude, ils prévoient d’exposer 90 enfants à une lumière d’intensité variable afin de déterminer quelles conditions lumineuses affectent le système circadien à ces âges. Pour l’instant, ils recommandent aux parents de tamiser la lumière dans la chambre de leurs enfants dans les heures qui précèdent le coucher.

Vidéo explicative de l’Université du Colorado à Boulder :

Ils recommandent également aux parents de tamiser la lumière dans la chambre de leurs enfants dans les heures qui précèdent le coucher.

Ils recommandent également aux parents de tamiser la lumière dans la chambre de leurs enfants dans les heures qui précèdent le coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *