Réflexions

Dieu témoigne qu’il n’y a pas d’autre Dieu que Lui, le Bienfaisant, le Bien-Aimé. Toute la générosité et l’abondance viennent de Lui. A qui il veut, il donne ce qu’il veut. Il est en vérité l’Omnipotent, le Tout-Puissant, l’Aide en péril, l’Autosubsistant. En vérité, nous croyons en Celui qui, en la personne du Báb, a été envoyé par la volonté du seul vrai Dieu, le Roi des Rois, le Tout-Plaisant.
Au contraire, faisons allégeance à Celui qui, au moment du Mustagháth, est destiné à se manifester, ainsi qu’à ceux qui viendront après Lui jusqu’à la fin qui n’a pas de fin. Nous ne reconnaissons dans la manifestation de chacun d’eux, extérieurement ou intérieurement, la manifestation de personne d’autre que Dieu lui-même, si vous êtes de ceux qui comprennent.(Baha’u’llah, Passages des Écrits de Baha’u’llah)
Si l’un d’entre vous entrait dans une ville, il devrait devenir un centre d’attraction, par sa sincérité, sa loyauté et son amour, son honnêteté et sa fidélité, sa véracité et son amour bienveillant envers tous les peuples du monde, afin que les habitants de cette ville s’exclament : « Sans aucun doute, cet homme est un bahá’í, car ses manières, son comportement, sa conduite, sa morale, sa nature et sa disposition, reflètent les attributs des bahá’ís (1)
C’est de l’obéissance aux institutions que cela a le statut de la loi de Bahá’u’lláh et que c’est un signe d’allégeance à l’Alliance
Celui qui couvre la transgression cherche l’amitié, mais celui qui divulgue l’affaire fait fuir l’ami.(2)
LoyautéConnaissez cette valeur sans laquelle nous sommes laissés seuls et que nous devons vivre nous-mêmes avant toute autre personne. Probablement personne ne comprend mieux la loyauté que celui qui a déjà été trahi.
Nous attendons tous la loyauté des autres. Personne n’aime être trahi, ou savoir qu’un ami a dit du mal de nous. Bien sûr, nous nous sentons mal quand, après de nombreuses années de travail pour une entreprise, nous sommes licenciés sans penser à toutes les années que nous y avons investies. Détecter la loyauté (ou la déloyauté) chez les autres est facile, mais comment est-ce que je vis la loyauté ? Est-ce que je sais vraiment ce que c’est ? Qu’est-ce que les autres attendent de moi ? La loyauté est un devoir de réciprocité, une obligation d’avoir obtenu quelque chose de profitable. C’est un engagement à défendre ce en quoi nous croyons et qui nous croyons. C’est pourquoi la notion de loyauté est donnée dans des domaines tels que la patrie, le travail, la famille ou l’amitié. Lorsque quelque chose ou quelqu’un nous a donné quelque chose de bon, nous lui devons bien plus que de la gratitude ; la loyauté est une valeur, car celui qui est un traître reste seul. Nous devons être fidèles à ce qui nous a aidés : un ami qui nous a défendus, un pays qui nous accueille comme une patrie, une entreprise qui nous donne un emploi. La loyauté, c’est défendre ceux qui nous ont aidés, « prendre leur défense ». Lorsque nous sommes loyaux, nous parvenons à amener l’amitié et toute autre relation à son stade le plus profond. Nous pouvons tous avoir un ami non officiel, ou travailler dans un endroit simplement parce que nous sommes payés pour le faire. Cependant, la loyauté implique un engagement plus profond : c’est être avec un ami contre vents et marées, c’est travailler non seulement parce que nous sommes payés, mais aussi parce que nous avons un engagement plus profond envers l’entreprise où nous travaillons, et envers la société elle-même : le respect qui doit exister entre les parents et les enfants, entre l’entreprise et ses employés, entre les amis, entre les étudiants et leur école… Il est nécessaire de reconnaître les valeurs que les institutions représentent ou celles que les personnes promeuvent avec leurs idées et leurs attitudes. Il ne sera jamais bon pour une personne soucieuse de vivre des valeurs de travailler dans un endroit où règne la fraude ou la corruption. – Les valeurs permanentes doivent être recherchées et connues pour toute situation, sinon on est « loyal » tout en partageant les mêmes idées. La personne qui vit dans un environnement d’amusement et d’excès malsains, s’éloignera bientôt et commencera à dire du mal de ceux qui ont cessé de participer à leurs activités – La loyauté n’est pas la conséquence d’un sentiment affectif, c’est le résultat d’une délibération mentale pour choisir ce qui est juste. Mentir pour couvrir les fautes d’un ami (à la maison, au travail ou à l’école) ne nous rend pas loyaux, mais complices.- Si la réalisation d’objectifs est placée comme une valeur fondamentale, le sens de la coopération se perd. La personne qui participe à une activité uniquement en raison du succès qu’elle rencontre, abandonne facilement l’entreprise parce que les choses ne vont pas bien ou cesse simplement d’obtenir les avantages auxquels elle était habituée. -L’important est de vivre les valeurs pour ce qu’elles représentent, et non pour les personnes qui, à un moment donné, dictent une règle. Tout travail doit être bien fait, pas pour « faire bonne figure » auprès du patron.Avec tout ce qui précède, nous verrons que même si nous ne nous en rendons pas compte, les relations que nous avons pu entretenir sont en grande partie dues à l’expérience de la valeur de la Loyauté. Il ne suffit pas de connaître les valeurs, il faut les faire connaître et les renforcer pour obtenir un changement d’attitude, en faisant cela, nous parvenons à faire mûrir l’amitié et à renforcer l’affection. Notre désir est de les servir et nous sommes prêts à aider nos frères à un niveau universel, comme le dit Ephésiens 3 : 14-21 :

La valeur de la loyauté Probablement personne ne comprend mieux la loyauté que celui qui a déjà été trahi. Nous attendons tous de la loyauté de la part des autres. Personne n’aime être trahi, ni savoir qu’un ami a dit du mal de nous. Bien sûr, il est terrible de se faire licencier après de nombreuses années de travail pour une entreprise, sans penser à toutes les années que nous avons investies dans cette entreprise. La loyauté est une clé qui nous permet de réussir véritablement dans nos relations. La loyauté est une valeur qui n’est pas facile à trouver. Il est, bien sûr, plus courant qu’une personne qui sait qu’elle peut obtenir quelque chose de nous s’approche de nous et, lorsque nous cessons de lui être utiles, elle nous abandonne tout simplement. Il n’est pas rare de savoir que quelqu’un fréquente un groupe opposé parce que cela lui donne plus d’avantages. Et ce qui finit par arriver, c’est que personne ne fait confiance à ce genre de personne. Nous pouvons considérer comme des attitudes déloyales : – critiquer les gens, en soulignant leurs défauts, leurs qualités limitées ou la façon dont ils font leur travail ; – dire du mal de nos patrons, de nos professeurs ou des institutions qu’ils représentent ; – révéler des confidences qui nous ont été faites ; – se plaindre de la façon d’être de quelqu’un et ne pas l’aider à s’en remettre ; – quitter une amitié pour des raisons injustifiées et de peu d’importance, comme la façon de parler, de s’habiller ou de se comporter en public.- Comme nous le voyons, la loyauté est étroitement liée à d’autres valeurs telles que l’amitié, le respect, la responsabilité et l’honnêteté, entre autres.
Celui qui est fidèle dans une petite chose est fidèle aussi dans une chose importante ; et celui qui est injuste dans une petite chose est injuste aussi dans une chose importante LC 16, 10
Pour contredire les attitudes déloyales afin d’être Loyal, il faut s’arrêter et considérer certains points :- Dans toute relation, un devoir est acquis vis-à-vis des personnes. Comme la confiance et le respect qui doivent exister entre parents et enfants, l’entreprise avec ses employés (ses clients les plus immédiats) et ses clients externes, entre amis, les étudiants envers leur école, etc. Il est nécessaire de reconnaître les valeurs que les institutions représentent ou celles que les personnes promeuvent avec leurs idées et leurs attitudes. Il ne sera jamais bon pour une personne soucieuse de vivre les valeurs de travailler dans un endroit où règne la fraude ou la corruption.- Les valeurs permanentes doivent être recherchées et connues pour toute situation, sinon on est « loyal » tout en partageant les mêmes idées. La personne qui vit dans un environnement d’amusement et d’excès malsains, s’éloignera rapidement et commencera à dire du mal de ceux qui ont cessé de participer à leurs activités.- La loyauté n’est pas la conséquence d’un sentiment affectif, c’est le résultat d’une délibération mentale pour choisir ce qui est juste. Mentir pour couvrir les fautes d’un ami (à la maison, au travail ou à l’école) ne nous rend pas loyaux, mais complices. – Si la réalisation des objectifs est placée comme une valeur fondamentale, le sens de la coopération se perd. La personne qui participe à une activité uniquement pour le succès qu’elle rencontre, abandonne facilement l’entreprise parce que les choses ne vont pas bien ou cesse simplement de bénéficier des avantages auxquels elle était habituée. – L’important est de vivre les valeurs pour ce qu’elles représentent, et non pour les personnes qui, à un moment donné, dictent une règle. Tout travail doit être bien fait, et non pas dans le but de « faire bonne figure » auprès du patron. Une personne est loyale lorsqu’elle reste attachée au groupe ou à la personne avec laquelle elle est liée. Lorsqu’il/elle protège, soutient et défend les valeurs (amitié, sport, famille, religion, relations de travail avec les clients et les collègues, etc.) que l’institution à laquelle il/elle est lié(e) promeut. Le lien : sa reconnaissance et son appréciation des valeurs qu’il représente. Avec tout ce qui précède, nous verrons que même sans nous en rendre compte, les relations que nous avons pu entretenir sont dues en grande partie à l’expérience de la valeur de la Loyauté. Il ne suffit pas de connaître les valeurs, il est nécessaire de les faire connaître et de les renforcer pour parvenir à un changement d’attitude. Ce faisant, nous parvenons à la maturité dans nos relations de travail, d’amitié et à renforcer l’affection. (3) Il y a le CODE DE Loyauté et la confiance et la loyauté familiales

Loyauté
Je n’ai pas la capacité de vous « trahir », je serais un « traître » si je manquais consciemment à mon engagement de vous offrir les données que vous me demandez. Si jamais je vous déçois, ne me traitez pas de « traître », mais consultez plutôt un technicien informatique. Je suis juste une machine sans âme et sans sentiment. Il n’y a pas de place pour la « trahison » chez moi, ni pour la loyauté, qui est la vertu opposée. La loyauté est une chose pour les personnes loyales comme vous.
Il n’est pas facile d’expliquer ce qu’est la loyauté. Une vague idée que je vous ai déjà donnée, en vous disant que son contraire est la trahison. Plus, bien que difficile, je vais essayer. Vous m’aiderez ? Tout au long de la vie, les gens s’associent, rejoignent d’autres personnes, groupes, institutions. Lorsque nous disons que nous « appartenons » à telle ou telle famille, à tel ou tel club, à telle ou telle école, etc., nous voulons exprimer ceci : que nous nous sommes liés d’une manière ou d’une autre à un certain groupe. Vous avez déjà remarqué que le mot « lien », « lien », « appartenant à » est répété. C’est un élément fondamental de la loyauté. Il n’est pas nécessaire que ce cautionnement soit exprimé en paroles ou par écrit. D’ordinaire, les enfants ou les amis ne font pas de déclarations d’appartenance. L’amitié et la famille ont des liens implicites, qui sont implicitement compris, et cela suffit. La loyauté, c’est donc promettre de maintenir les liens que nous avons contractés avec les autres (amis, famille, école, club, etc.) en renforçant et en protégeant les valeurs qui s’y trouvent (amitié, famille, sport, etc.)

Une autre façon, plus courte et plus claire, serait : tenir et accomplir la parole donnée. Une personne est loyale lorsqu’elle reste attachée au groupe ou à la personne avec laquelle elle est liée. Lorsqu’il/elle protège, soutient et défend les valeurs (amicales, sportives, familiales, religieuses, etc.) promues par l’institution à laquelle il/elle est lié(e). Si à un moment donné, un conflit se présente, c’est-à-dire qu’on ne peut pas être loyal à la fois à son ami et au club, par exemple, la loyauté doit nous amener à décider, selon la plus grande importance des valeurs des institutions en conflit. Et une fois la décision prise, nous devons expliquer, par loyauté envers le parti qui pourrait se sentir trahi, les raisons de notre décision.
Vous serez éduqué à la loyauté en:
développant en vous le sens de l’honneur.
en gardant à l’esprit la dignité d’autrui.
Agissant avec responsabilité.

Agissant avec responsabilité.
En étant constant et fidèle dans l’exercice de ses fonctions.
En ne trichant pas aux jeux.
En acceptant sans réserve les règles de l’institution à laquelle on est rattaché.
Une personne loyale garantit la stabilité et le bon fonctionnement des institutions. D’amitié, surtout. C’est un pilier solide sur lequel les autres s’appuient. N’aimeriez-vous pas être comme ça ? Que vais-je faire de toi, Ephraïm ? Que vais-je faire de toi, Juda ? Votre fidélité est comme le nuage du matin et comme la rosée du matin qui s’évanouit. (4) La confiance engendre souvent la loyauté. Sénèque 14 « Ce n’est pas seulement avec vous que je fais cette alliance et cette promesse solennelle ; 15 c’est certainement avec celui qui est ici avec nous aujourd’hui devant l’Éternel notre Dieu, et aussi avec celui qui n’est pas ici avec nous aujourd’hui.(5.
Si les autres peuples et nations te sont infidèles, montre-leur de la loyauté ; s’ils te traitent injustement, montre-leur de la justice ; s’ils se tiennent à l’écart de toi, attire-les vers toi ; s’ils te montrent de l’inimitié, sois amical avec eux ; s’ils empoisonnent ta vie, adoucis leur âme ; s’ils te blessent, sois un baume pour leurs blessures. Tels sont les attributs du sincère.(6) 275. Chercher conseil auprès des Fondateurs « En aucun cas, vous ne devez être découragés par le fait que de telles difficultés – même lorsqu’elles ont résulté de la mauvaise conduite ou du manque de capacité et de vision de certains membres de la communauté – doivent vous faire vaciller dans votre foi et votre loyauté fondamentale envers la Cause. Certes, quel que soit le degré de préparation des croyants, qu’il s’agisse d’enseignants ou d’administrateurs, et quels que soient leurs mérites intellectuels et spirituels, ils ne doivent jamais être considérés comme la norme permettant d’évaluer et de mesurer l’autorité divine et la mission de la Foi. C’est dans les Enseignements eux-mêmes et dans la vie des Fondateurs de la Foi que les croyants doivent chercher l’orientation et l’inspiration, et ce n’est qu’en maintenant strictement cette attitude vraie qu’ils peuvent prétendre établir leur allégeance à Bahá’u’lláh sur une base durable et inattaquable. Vous devriez donc être encouragés et, avec une vigilance vigilante et des efforts inlassables, vous devriez vous efforcer de jouer pleinement votre rôle dans le déploiement progressif de cet Ordre Mondial Divin. S’abstenir de critiquer et de murmurer « Sur aucun sujet, les enseignements bahá’ís n’insistent autant que sur la nécessité de s’abstenir de murmurer et de trouver des défauts aux autres, alors que nous devons toujours être désireux de découvrir et d’éradiquer nos propres défauts et de surmonter nos propres lacunes. « Si nous professons notre allégeance à Bahá’u’lláh, à notre Maître bien-aimé et à notre Gardien bien-aimé, alors nous devons démontrer notre amour en obéissant à ces enseignements explicites. Les actes, et non les mots, sont ce qu’ils exigent, et aucune quantité de ferveur dans l’utilisation des expressions de loyauté et de flatterie ne peut compenser l’échec à vivre en accord avec l’esprit des enseignements »(8) (Extrait d’une lettre écrite au nom de Shoghi Effendi à un croyant, 12/5/1925. Le modèle de vie bahá’í ; p. 40)(livres,Lumières de la guidance)

276. Unité doctrinale et unité administrative
« Il existe deux principes fondamentaux que le Gardien souhaite que les amis gardent toujours à l’esprit et suivent fidèlement et consciencieusement. Le premier est le principe de la loyauté sans réserve et sans réserve à la Parole révélée. Les croyants doivent veiller à ne pas s’écarter le moins du monde des Enseignements. Leur considération suprême doit être de sauvegarder la pureté des principes, des normes et des lois de la Foi. C’est le seul moyen par lequel ils peuvent espérer maintenir l’unité organique de la Cause. Il ne peut et ne doit pas y avoir de libéraux ou de conservateurs, de modérés ou d’extrémistes dans la Cause. Car tous sont soumis à une seule et même loi, qui est la loi de Dieu. Cette Loi transcende toutes les différences, toutes les tendances, inclinaisons et aspirations personnelles ou locales.
« Ensuite, il y a le principe de l’obéissance complète et immédiate aux Assemblées, tant locales que nationales. Il est de la responsabilité de ces organes administratifs bahá’ís de permettre à la communauté d’acquérir et d’approfondir de plus en plus sa connaissance et sa compréhension de la Cause. L’unité doctrinale et l’unité administrative sont les deux principaux piliers qui soutiennent l’édifice de la Cause et la protègent des tempêtes d’opposition qui l’assaillent si durement. (Extrait d’une lettre écrite au nom de Shoghi Effendi à l’Assemblée spirituelle nationale de l’Inde et de la Birmanie, 05/9/1936. Dawn of a New Day, p. 61)(livres, Guiding Lights)
617. Il vaut mieux être vigilant que non préparé
« Le Guardian estime que son attitude de vigilance et de loyauté intense est très sage. Dans des domaines tels que le Pacte, il vaut mieux être trop vigilant que trop peu méfiant. Cependant, il ne pense pas que M. (…) manque de fermeté dans la Foi. Beaucoup de bahá’ís, bien que fidèles à la Cause et au Gardien, ne comprennent pas les implications du testament du Maître et de la position complète des Gardiens de la Cause. Ils doivent étudier plus profondément les aspects spirituels des enseignements et du testament lui-même. C’est ce qu’il vous a conseillé (…) de faire  » (Extrait d’une lettre écrite au nom de Shoghi Effendi à un croyant, 05/7/1949) (livres, Guiding Lights)
91. Le Diable ne veut que créer l’hostilité et la haine entre vous en utilisant le vin et le maysir, et vous empêcher de vous souvenir d’Allah et de faire l’azalah. Mais si vous tournez le dos à Allah, obéissez à Allah, obéissez au Messager, et gardez-vous. Mais si vous tournez le dos, sachez qu’il n’incombe à Notre Messager que sur une transmission claire. (Coran, Le Saint Coran 5. Le couvert (Al maeda)

Une loyauté plus large et plus inclusive. L’amour de la patrie, inculqué et souligné par l’enseignement de l’Islam en tant qu' »élément de la foi de Dieu », n’est pas caché ou détourné par cette déclaration, ce coup de trompette de Bahá’u’lláh. Il ne doit pas, et ne peut pas, être interprété comme un rejet d’un patriotisme sain et intelligent, ni être considéré comme une censure prononcée à son encontre, ni chercher à saper la loyauté et l’attachement d’un individu à son pays, ni être en conflit avec les aspirations, les devoirs et les droits légitimes d’un État ou d’une nation particulière. Ce qu’elle implique et proclame, c’est seulement l’insuffisance du patriotisme, compte tenu des changements fondamentaux intervenus dans la vie économique de la société et l’interdépendance des nations, et en conséquence de la contraction du monde, due à la révolution des moyens de transport et de communication ; conditions qui n’existaient pas et ne pouvaient pas exister à l’époque de Jésus-Christ ou de Mahomet. Elle exige une loyauté plus large, qui ne devrait pas être, et n’est d’ailleurs pas, en conflit avec des loyautés moindres. Elle inculque un amour qui, compte tenu de sa portée, doit inclure, et non exclure, l’amour de son propre pays. Grâce à la loyauté qu’elle inspire et à l’amour qu’elle suscite, elle constitue le seul fondement sur lequel le concept de citoyenneté mondiale peut s’épanouir et la structure de l’unification du monde peut reposer. Cependant, il insiste pour que les considérations nationales et les intérêts individuels soient subordonnés aux exigences impératives et suprêmes de l’humanité dans son ensemble, car dans un monde de peuples et de nations interdépendants, la partie est mieux servie en servant le tout. Le monde est véritablement en marche vers son destin. L’interdépendance des peuples et des nations de la terre est désormais un fait, quoi que puissent dire ou faire les dirigeants des forces qui divisent le monde. Leur unité dans la sphère économique est désormais comprise et reconnue. Le bien-être d’une partie entraîne le bien-être de l’ensemble, et le malheur d’une partie entraîne le malheur de l’ensemble. La Révélation de Baha’u’llah, selon ses propres termes, a  » donné une nouvelle impulsion et défini une nouvelle direction  » à ce vaste processus qui se déroule actuellement dans le monde. Les flammes allumées par cette grande épreuve afflictive sont la conséquence de l’incapacité des hommes à la reconnaître. D’autre part, ils accélèrent sa pleine réalisation. Une adversité prolongée, mondiale, inconsolable, doublée d’un chaos et d’une destruction universels, doit nécessairement convulser les nations, secouer la conscience du monde, désillusionner les masses, produire un changement radical dans la conception même de la société, et refondre, finalement, les membres disjoints et exsangues de l’humanité en un seul corps, unique, organiquement uni et indivisible.9)

« …. Mais si tu as été loyal, tu seras toujours reconnu et surtout valorisé… « Penser que si tu as été loyal, tu seras reconnu et valorisé est, au moins naïf, en réalité c’est tout simplement faux. Si une entreprise doit sacrifier quelqu’un « pour rester compétitive », elle le fera sans toucher son cœur, ce n’est pas qu’elle est mauvaise ou bonne, c’est simplement une machine à faire de l’argent, point. Associer des qualités humaines telles que la loyauté à l’employé, et donc exiger la loyauté de l’employé, revient à propager des mensonges. Il en va autrement dans certaines entreprises où la composante humaine des autres intérêts pèse encore lourdement, par exemple dans les entreprises familiales ou les entreprises ayant une certaine vocation de service, comme les petits hôpitaux ou les écoles. Mais la tendance est à la disparition de ces derniers et à la survie de ceux qui savent clairement que le profit passe avant tout et que le reste n’existe pas. La loyauté dans l’université n’est pas comprise comme une obéissance aveugle au directeur, mais à une série de principes, à une série de valeurs que tous font et maintiennent, aussi bien les camarades étudiants et les professeurs, que les nettoyeurs, que les autorités. Ainsi, l’enseignant qui maintient une attitude critique envers les autorités en vertu des principes universitaires. Votre perception de la loyauté est celle d’un chien qui doit lécher la main de son maître. Votre perception de la loyauté est celle d’un esclave reconnaissant. En réalité, la loyauté se gagne, par le respect mutuel, par l’engagement mutuel.
En réponse à : la loyauté une valeur que vous ne comprenez pas (les prédateurs sont des traîtres
Notes de référence :
– 1.- Abdu’l-Bahá, Écrits choisis Ch. XXX)
– 2.- valeur de la loyauté Contribution : Francisco Villegas, Tijuana Corporate Consulting
– 4.- OLD TESTAMENT, Hosea 4)
– 5.- OLD TESTAMENT, Deuteronomy)
– 6. ‘Abdu’l-Bahá, VT, p. 18(livres, La source de tout bien) 7.-D’une lettre écrite au nom de Shoghi Effendi à un croyant, 23/8/1939. Cit. part. The Study of the Bahá’í Writings, pp. 108-109) 8. d’une lettre écrite au nom de Shoghi Effendi à un croyant, 12/5/1925. Le modèle de vie bahá’í ; p.40)(livres, Lumières de la guidance)
– 9.-Pg. 186 le jour promis est arrivé
Il y a le CODE DE LA LOYAUTE et de la famille Confiance et loyauté.Loyauté et passion Auteur:Consuelo Mariño www.novelasromanticas.com/lealtadypasion.html.LEALTADCOMERCIAL. . La Lealtad www.mecon.gov.ar/secdef/basehome/lealtad_com.htm.LEALTADPOLÍTICA www.wepa.com.gt/mln/lp.html LA LEALTADERSHIP CONTRA LAENVIDIA, de Tirso de Molina (Gabriel Téllez) par Vern Williamsen en 1998.Serment d’allégeance au drapeau Conservandoel Serment d’allégeance à la patrie.Solidarité etLoyauté
TEST DE COMPREHENSION INTERACTIF
– 1.- Le contraire de la « loyauté » est:
– Ne pas savoir rendre la pareille.
– L’ignorance.
– La trahison.
– 2.- Les liens d’amitié et de famille:
– Ils sont trop méconnus.
– Ils sont écrits.
– Ils se manifestent par des mots.
– 3.- La loyauté conduit à renforcer et à protéger les valeurs du groupe :
– Jamais.
– Toujours.
– Parfois.
– 4.- Être cohérent avec le mot donné, c’est :
– Loyauté.
– Amitié.
– Noblesse.
– 5.- L’une de ces actions ne développe pas la loyauté :
– Développer le sens de l’honneur.
– Respecter la dignité des autres.
– Développer le sens de l’humour.
– 6.- L’attachement à un groupe se manifeste par :
– Des paroles.
– Des écrits. Il n’est pas nécessaire de le manifester.
– 7.- S’engager à maintenir des liens est :
– Amitié.
– Loyauté.
– Noblesse.
– 8.- Celui qui reste attaché au groupe auquel il s’est lié est :
– Loyal.
– Poli.
– Formel.
– 9.- En cas de conflit entre deux institutions, il faut se prononcer pour :
– Celle qui a le plus grand nombre de composantes.
– Celui qui a des valeurs plus importantes.
– Celui qui est plus influent.
– 10.- Un de ces comportements n’éduque pas la loyauté :
– Changer fréquemment d’amis.
– Agir de façon responsable.
– Être constant dans l’accomplissement de ses devoirs. ( )
( Titre de l’orientation psychologique EOS, S .L…. Téléphone :(34) 91 554 12 04;Mail : [email protected]
Lima, 8 juillet 2004, par Gerson Elias.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *