Qu’est-ce qu’un contrat maximum dans la NBA ?

La réponse à la question du titre est un peu glissante. Le fait que vous puissiez « signer pour le max » en NBA semble indiquer qu’il existe un chiffre magique de « tant de millions par an » qui est le même pour tous les joueurs et toutes les équipes, et que c’est le plus que n’importe quel joueur puisse être payé.

Et ce n’est pas le cas.

44435_0.jpg

Dwight Howard (Photo : Los Angeles Lakers Facebook).

Dwight Howard (Photo : Los Angeles Lakers Facebook).

Cet été, Dwight Howard a dû choisir entre les contrats max que lui proposaient les Rockets et les Lakers. Cependant, le contrat maximum de Houston était d’environ 88 millions de dollars pour 4 ans alors que celui des Lakers était de 118 millions de dollars pour 5 ans. Le contrat maximum que John Wall a accepté avec les Wizards est de 80 millions de dollars pour 5 ans, tandis que si les Lakers décidaient – pour une raison étrange – de donner à Kobe Bryant un contrat maximum à l’été 2014, ce contrat serait de plus de 180 millions de dollars pour 5 ans.

En bref : il existe pas mal de types de  » contrats max  » pour les joueurs NBA, et la durée et le montant de ces contrats peuvent venir à dépendre de beaucoup de choses (par exemple le dernier salaire du joueur, le nombre d’années qu’il a passées dans la ligue, ou l’équipe qui lui propose le contrat). Ainsi, le mot « max » ne fait pas référence à un chiffre fixe, mais au montant maximum qu’une franchise particulière peut offrir à un joueur particulier à un moment donné.

Le plafond salarial de la NBA est un champ de mines avec plus de petits caractères que la notice d’un médicament, et il est très facile de marcher sur l’un d’entre eux si vous n’avez pas quelqu’un comme Mario Maruenda qui vous montre le chemin. Heureusement, si nous nous limitons aux joueurs qui terminent leur contrat de recrue, la situation est plus facile à expliquer. Il existe exactement 5 types de contrats max pour les joueurs dans ces conditions.

43038_10.jpg

Rusell Westbrook Photo : Charly Mula

1) Le contrat de Russell Westbrook.

Si un joueur a été choisi au premier tour de la draft, son premier contrat NBA – ce que l’on appelle un contrat rookie – dure 4 saisons. Avant le début de la quatrième saison, son équipe peut proposer de le renouveler pour cinq années supplémentaires et de le « maximiser ». Au jour d’aujourd’hui, cela représente environ les fameux 80 millions de dollars sur ces 5 ans (un peu moins de 25% du salary cap chaque année, avec des augmentations de 7,5% du montant initial d’année en année). Le joueur qui reçoit ce type de prolongation devient le « joueur désigné » de l’équipe. Ce type de contrat est celui que Russell Westbrook a signé avec Oklahoma City, ou celui que John Wall vient d’obtenir avec les Wizards.

Il existe une restriction importante : il ne peut y avoir qu’un seul « joueur désigné » par équipe. Par exemple, l’été dernier, le Thunder n’a pas pu offrir un contrat Westbrook à James Harden, précisément parce qu’il avait déjà dépensé son choix de joueur désigné sur Russ lui-même. Eh bien, à cause de ça et parce qu’ils n’avaient pas non plus beaucoup de pognon.

43262_11.jpg

Derrick Rose lors d'un événement Adidas

Derrick Rose lors d’un événement Adidas

2) Le contrat Derrick Rose.

Si un « joueur désigné » est particulièrement bon, son équipe peut lui offrir plus d’argent en vertu de la clause dite « Derrick Rose ». Ici, particulièrement bon signifie qu’il a été MVP, ou qu’il a été sélectionné au moins 2 fois soit comme titulaire pour un All-Star Game, soit comme membre d’une équipe All-NBA. Dans ce cas, le joueur peut négocier avec son équipe un contrat maximum pour 5 ans proche de 94 millions de dollars (près de 30% du plafond salarial chaque année, avec des augmentations de 7,5% du montant initial année après année). Soit environ 14 kilos de plus que le contrat Westbrook.

Seulement 3 joueurs ont un contrat de type Derrick Rose : Rose lui-même, Blake Griffin et Kevin Durant. Le cas de Durant est très particulier, puisqu’il a signé son contrat avant le lock-out de 2011, et donc avant la nouvelle convention collective. Cela fait que Durant ne compte pas comme un « joueur désigné » pour Oklahoma City. Ainsi, lorsque Russell Westbrook a renouvelé son contrat, le Thunder a pu le sélectionner comme joueur désigné. En fait, Westbrook aurait pu demander un contrat Rose, mais il a renoncé à cet argent supplémentaire et s’est donc retrouvé avec un – écoutez bien – contrat Westbrook. James Harden a signé un contrat Rose avec Houston à condition de remplir les conditions requises lors de l’entrée en vigueur de l’accord. Il n’a pas réussi à le faire, et a donc actuellement un contrat Westbrook. Paul George vient de signer pour le max avec les Pacers, mais que sa prolongation finisse par être un contrat Westbrook ou un contrat Rose dépendra de sa sélection ou non dans une équipe All-NBA cette année.

3) Le contrat Kevin Love.

Si une équipe a déjà un « joueur désigné », le maximum que la franchise puisse offrir à ses joueurs sous contrat rookie avant le début de leur dernière année est un accord sur les termes du contrat Westbrook, mais seulement pour 4 années supplémentaires. C’est le salaire maximum que James Harden aurait pu recevoir s’il avait renouvelé avec OKC l’été dernier, et il est actuellement d’environ 61 millions de dollars pour 4 ans. C’est le genre de contrat que Kevin Love a signé l’année dernière avec les Wolves. Le plus drôle dans le cas de Love, c’est que Minnesota n’avait pas de « joueur désigné » et aurait pu choisir Love pour cela, mais la franchise a préféré laisser ses options ouvertes en pensant probablement à Ricky Rubio. En d’autres termes, alors que pour Harden ce contrat aurait été au maximum l’été dernier, pour Kevin Love il ne l’était pas. Aujourd’hui, il a été annoncé que DeMarcus Cousins va signer un contrat Kevin Love avec Sacramento, qui encore une fois n’est pas pour le max – les Kings auraient pu lui donner un contrat Westbrook, ce qui aurait signifié plus d’argent. Si dans quelques années les Wizards décident de renouveler Bradley Beal ou Jan Vesely pour le maximum, puisqu’ils ont déjà John Wall comme « joueur désigné », ce maximum serait un contrat Kevin Love.

Hibbert.jpeg

Roy Hibbert immortalisé dans un dessin

4) Le contrat Roy Hibbert.

Si un joueur termine son contrat rookie et décide de ne pas le renouveler avec son équipe, n’importe quelle autre franchise peut lui proposer un nouveau contrat d’environ 58 millions pour 4 ans (près de 25% du plafond salarial, avec des augmentations de 4,5% – au lieu des 7,5% du contrat Kevin Love – chaque année). C’est un peu moins d’argent qu’un contrat Kevin Love mais c’est toujours un contrat max, et c’est exactement ce que Portland a offert à Roy Hibbert l’été dernier. Le problème ? L’équipe avec laquelle le joueur travaillait – Indiana dans ce cas – peut répondre à n’importe quelle offre, et c’est ce qui s’est passé. Les Pacers ont économisé quelques millions de dollars en faisant cela au lieu d’offrir à Hibbert un contrat Kevin Love dès le départ. Un autre joueur ayant un contrat Hibbert est Eric Gordon à la Nouvelle-Orléans.

5) Le contrat fantôme.

À ce jour, personne en NBA ne possède ce contrat. Elle serait accordée si un joueur décide de terminer son contrat de recrue et, une fois devenu agent libre, de signer pour le maximum avec la même équipe. Cela lui rapporterait environ 80 millions pour 5 ans, soit la même somme que le contrat Westbrook. Cependant, il ne serait pas le « joueur désigné » sur la liste, donc l’équipe pourrait toujours offrir un contrat Westbrook à l’un de ses autres joueurs.

48538_0.jpg

Stephen Curry, lors d'une interview (Photo : warriors.com).

Stephen Curry, lors d’une interview (Photo : warriors.com).

Stephen Curry a été le cas le plus proche que nous ayons eu d’un contrat fantôme. L’été dernier, Curry a accepté une offre de 4 ans et 44 millions de dollars avec les Warriors juste avant le début de la dernière année de son contrat rookie. Un accord très bas en raison des craintes concernant l’état de ses chevilles. Après avoir vu la saison que Curry a réalisée, il semble évident que si le joueur avait décidé de ne pas renouveler l’été dernier et d’aller au bout de son contrat rookie, les Warriors lui auraient probablement proposé ce contrat fantôme cet été. Ou peut-être pas. En fin de compte, Golden State aurait pu égaler n’importe quelle offre pour Curry, et le maximum qu’une autre équipe aurait pu lui offrir aurait été un contrat avec Hibbert. C’est le truc avec les univers alternatifs, on ne sait jamais.

Avoir l’un de ces cinq types de contrats max n’est pas une mince affaire, et des jeunes joueurs de grande qualité comme Stephen Curry, Danilo Gallinari, Jrue Holiday, Al Horford, Joakim Noah, Serge Ibaka et Ty Lawson n’y sont pas parvenus. Au cours des deux prochaines années, toute une série de joueurs tels que Kyrie Irving, Ricky Rubio, Eric Bledsoe, Derrick Favors, Greg Monroe, Enes Kanter, Kenneth Faried, Kawhi Leonard ou Klay Thompson pourraient être éligibles pour le maximum à l’expiration de leur contrat rookie actuel ou à l’approche de leur dernière saison. Si un jour nous lisons qu’un de ces joueurs a signé  » pour le max « , il faut se demander duquel des cinq types de contrats max ci-dessus nous parlons.

Et quand vous êtes jeune en NBA, signer pour le max n’est peut-être pas un tel max après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *