Quelle confusion, des cieux enchevêtrés…

Quelle confusion, des cieux enchevêtrés,

c’est cela, que j’abhorre et que je demande ?
Péril suis-je, car j’imite son tourment,
tissant la jalousie pour mourir dans la jalousie.

Des chaînes relient mes insomnies,

étant juge et agresseur de mon crime;

Troisième du marquis, avec lequel je rivalise,

dans mes tourments j’ai trouvé mes consolations.

Si Ludovico n’aime pas ma Leonora,

publier mon amour, c’est ma mort,

et la jalousie doit me tuer s’il l’adore.

Tout est à mourir que le chagrin retarde:
Donnez-moi donc la mort en colère le duc agora,
et non une méfiance qui tue lentement.

Honneur si vous donnez licence de fabriquer
suspicions la peur qui vous fuit,
à Henri la duchesse favorise.
Affirmez-vous qu’il aime Henri ?

Pour elle il est intendant ; multipliez
les nobles offices en lui, car il les mérite ;
la consultation lui parvient, eh bien il semble
qu’à un sage il communique mon dépit.

Je l’honore, comte ; déjà, vous vous en doutez, la faveur qu’il témoigne
à celui qui avec tant d’efficacité va l’honorer

Je n’affirme pas, honneur, que pour lui il est brûlé
mais pour ternir son honnête renommée,
il suffit de donner l’occasion d’en douter.

De l’amour en raison de l’état

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *