Pilas ! si on ne vous paie pas à temps votre règlement de travail, on doit vous indemniser

(Finances personnelles) Comparez et vérifiez que l’on vous paie toutes les prestations sociales et tous les jours où vous avez travaillé et s’il y a une incohérence, c’est ce que vous devez faire.

Il y a plusieurs choses que vous devez garder à l’esprit concernant les droits et les devoirs que vous assumez lorsque vous êtes formellement lié à une entreprise, la tâche doit être effectuée non seulement lorsque vous avez une mésaventure avec votre employeur ou lorsque pour une raison quelconque vous quittez votre entreprise, vous devez être mis à jour conformément à la loi avant d’assumer toute responsabilité et pendant sa permanence dans un emploi.

C’est avoir les connaissances nécessaires pour faire valoir leurs droits et éviter les problèmes en ignorant la règle. Le code civil et le code de fond sont disponibles sur Internet ou, si vous le souhaitez, vous pouvez l’acheter, ce qui vous permet d’obtenir des conseils de manière simple. Dans Finances personnelles, vous pouvez également trouver différents guides et conseils, mais si votre cas est plus spécifique, vous pouvez consulter un expert sur la question du travail.

A propos de la liquidation beaucoup de choses sont dites, il y a plusieurs malentendus et mythes à ce sujet, précisément en raison de la désinformation. La première chose que vous devez savoir, c’est que des deux types de contrat : l’emploi et le service, seulement avec les premières personnes ont droit à la liquidation, la raison est que les personnes qui sont pour la prestation de services ou en tant que freelance, sont réglementés par le droit civil et non par le code du travail matériel comme est l’autre contrat, donc n’ont pas le droit à la compensation ou de règlement à la fin du travail, parce que la valeur convenue comprend tous les coûts associés à cette et convenu entre les deux parties.

Ainsi, les personnes qui sont liées à une entreprise ou à une entité par un contrat de travail, ont droit au règlement du travail au moment où elles sont complètement désengagées de l’entreprise. Lorsque l’on parle de liquidation, on se réfère aux notions de prestations et d’avantages sociaux que l’employeur doit au travailleur au moment de sa retraite.

Ces notions correspondent aux vacances en attente de jouissance, à la prime, à l’indemnité de licenciement, aux intérêts de licenciement, aux salaires impayés et aux avantages dus. Tous ces paiements seront réglés pour les jours travaillés jusqu’au dernier jour de travail et à partir du moment où vous avez reçu la dernière prestation.

C’est-à-dire que si par exemple vous avez pris votre retraite en avril 2017, mais qu’en décembre vous avez reçu la prime respective et qu’en janvier vous avez consigné l’indemnité de départ et les intérêts de départ à votre administrateur, vous ne devriez être réglé des deux prestations que sur les quatre mois de la nouvelle année, mais pas sur le temps que vous avez travaillé dans l’entreprise.

Quelques inquiétudes et mythes sur la liquidation

1. Peut-on faire n’importe quel type de rabais à la liquidation ?

Selon Carlos Roldan, responsable de la division des ressources humaines de Michael Page, il est interdit de faire tous ces rabais qui ne sont pas préalablement autorisés par le travailleur ou qui sont de loi. L’entreprise ne peut jamais déduire du règlement les dommages en installations, matériaux, pertes, entre autres, si ceux-ci n’ont pas été préalablement autorisés par le travailleur.

2. Avez-vous droit à un supplément d’argent pour avoir été plus de cinq, dix ou vingt ans dans une entreprise ?

Roldan explique que les entreprises n’ont aucune obligation légale, en plus du paiement correct de la liquidation du contrat et de la compensation s’il y a de la place pour cela. Cependant, il est habituel pour certaines entreprises de reconnaître une compensation supplémentaire aux personnes qui ont une grande expérience ou des circonstances particulières au sein de l’organisation.

3. Quelles sont les demandes injustifiées des employés ?

Le problème avec cela est l’ignorance de la règle et de la loi par les gens, il est donc habituel de trouver des choses comme celles-ci :

  • – Réclamer des indemnités pour des démissions ou des licenciements justifiés.
  • – Des règlements à la fin de l’année pour les travailleurs avec des contrats plus longs que cette période (Les règlements ne sont donnés qu’à la fin des contrats).
  • – Que les prestations sociales sont payées incomplètes parce qu’elles ne correspondent pas à la valeur de l’année. (Les prestations sociales sont réglées dans la valeur proportionnelle aux jours de l’année travaillée).
  • – La liquidation n’a pas de déductions. (Si le travailleur pacte tout rabais spécial comme des prêts ou autres avec la société, ceux-ci peuvent être déduits de la liquidation, en plus selon le montant de celui-ci, peut avoir des déductions de la loi).

Les choses à revoir à la loupe et qui sont généralement des erreurs courantes des employeurs

Lorsque vous recevez le document à signer avec les données, les calculs et les montants du règlement, faites les opérations vous-même et comparez que les chiffres sont similaires, vérifiez que le nombre de jours est correct et les dates aussi. Surtout, faites attention à ces erreurs courantes :

  • Ils ne paient pas les vacances : vous avez le droit de vous faire payer les montants des vacances non prises.
  • Ils ne paient pas la totalité des prestations sociales légales : dans le cas où le travailleur a un salaire ordinaire (inférieur à 8.962.915 $), l’entreprise doit payer les prestations sociales respectives causées à ce jour telles que l’indemnité de licenciement, les intérêts de l’indemnité de licenciement et la prime.
  • * Ils omettent la délivrance des attestations : le travailleur a le droit de recevoir un certificat de travail, une autorisation de passer un examen médical de retraite (il est conseillé de passer cet examen en toute circonstance), l’attestation du paiement de la sécurité sociale et du paiement des parafiscales des trois derniers mois.
  • * Ils ne paient pas la liquidation à temps : selon la loi, les employeurs ont un maximum de 15 jours ouvrables pour payer les soldes impayés.

Que pouvez-vous faire au cas où ils ne vous paient pas à temps ou ne vous liquident pas correctement ?

Si après avoir examiné prudemment chaque détail de la liquidation, vous vous rendez compte qu’il y a vraiment une erreur, la première chose à faire est de vous adresser au département des ressources humaines de l’organisation, car ils sont chargés de résoudre et de clarifier les doutes que le travailleur a concernant le paiement de sa liquidation et de résoudre les erreurs, le cas échéant.

Si vous n’êtes toujours pas satisfait de la réponse, vous pouvez vous adresser à des entités telles que le ministère du Travail, l’inspection du travail et les tribunaux du travail, entre autres. Enfin, et si la personne a absolument besoin d’un conseil juridique et n’a pas les ressources pour engager un avocat, vous pouvez vous adresser aux cliniques juridiques des universités, clarifie Roldan.

Si le problème est le retard dans le paiement de la liquidation, c’est-à-dire que l’employeur dépasse 15 jours ouvrables après la fin du contrat comme le dicte la loi, vous pouvez envoyer un droit de pétition à l’entreprise. Celui-ci aura 15 jours ouvrables pour vous donner une réponse, si dans ce délai il n’a pas répondu vous pouvez vous adresser au ministère du travail pour présenter votre demande et à votre tour vous aurez droit.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *