PIETRO MASCAGNI

PIETRO MASCAGNIPietro Antonio Stefano Mascagni est né le 07 décembre 1863 à Livourne. Son père, Domenico Mascagni, est propriétaire d’une boulangerie, tandis que sa mère s’occupe de la famille. Peter a quatre frères et se montre maintenant le plus intelligent et intéressé par l’étude et pourquoi, malgré les difficultés économiques, commencer les humanités.

Il sera sanctionné par une passion pour la musique à un âge précoce et Peter associe l’école d’étude avec l’apprentissage de la musique, en particulier le chant et le piano, l’apprentissage à la Schola Cantorum de l’église de San Benedetto. À l’âge de treize ans, Mascagni commence ses études musicales sous la supervision du professeur le plus régulier Alfredo Soffredini, directeur fondateur de l’Institut de musique de Livourne.
En 1880, à l’âge de dix-sept ans, il compose ses premières symphonies, parmi les plus importantes : « Symphonie en fa majeur », « Elégie pour soprano, violon et piano », « Ave Maria pour soprano et piano », « Pater Noster pour soprano et quintette à cordes ». L’année suivante, il présente à Livourne sa cantate « Dans une filature avec quatre voix solistes et orchestre complet ». Au cours de la même année, il écrit la cantate  » À la joie  » sur le texte de Schiller traduit par Andrea Maffei.
En 1882, il s’installe à Milan, avec l’aide de l’économique comte Larderei, son deuxième mécène (le premier était l’oncle mort un an plus tôt). A Milan, Pietro Mascagni va au conservatoire et resserre les liens d’amitié avec le monde artistique de l’époque ; parmi ces rencontres, il se distingue avec Giacomo Puccini, Amilcare Ponchielli, et Vittorio Gianfranceschi, qui devient son meilleur ami. Dans les trois prochaines années jusqu’à romantisme pour ténor et orchestre, « Le roi de Naples », avec des paroles de Andrea Maffei et a commencé à se consacrer à l’opéra « William Ratcliff » de Heine.
Laissant le conservatoire de la controverse avec le gestionnaire et il se consacre à une série de tournées en Italie comme directeur de plusieurs compagnies d’opéra. En 1886, Argenide Marcellina Carbognani sait où il a un fils qui est mort à peine âgé de quatre mois ; se marier un an plus tard. La ville de Cerignola propose de diriger l’orchestre philharmonique de la ville. En 1888, il participe à un concours organisé par la maison d’édition Sonzogno pour un opéra en un acte. L’argument avec lequel vous décidez de participer à « Cavalleria Rusticana » l’opéra est le roman éponyme de Verga, « composé avec le librettiste Giovanni Targioni-Tozzetti et Guido Menascì.
L’année suivante, le premier fils, Dominic. En 1890, « Cavalleria rusticana » est proclamé vainqueur du concours le 17 mai et 73 participants font leurs débuts au Teatro Costanzi de Rome, où il obtient un grand succès auprès du public et de la critique. Dès lors, chaque fois qu’il est joué, il attire un public enthousiaste.
L’année suivante, il met en scène un autre opéra au Teatro Costanzi de Rome, « L’amico Fritz ». En 1891, son deuxième fils Edward est né en 1892 et sa fille Emilia. En 1895, mise en scène à la Scala dans le « Retcliff » de Heine, dirigé par Mascagni. En 1897, il commence à travailler avec Illica avec qui il travaille sur « Iris » pour l’éditeur Sonzogno et « Masques » pour Ricordi. L’année suivante, il dirige six concerts sur l’échelle, y compris le « Pathetique » de Pyotr Ilyich Tchaikovsky, jamais joué jusqu’à présent en Italie, et le poème symphonique à « Giacomo Leopardi », composé pour les célébrations du centenaire de la naissance du poète Recanati.
De 1899 à 1903, Mascagni se consacre à quelques tournées qui l’ont amené à diriger dans les villes les plus importantes d’Italie, d’Europe et d’Amérique. De retour en Italie, il est nommé directeur de l’École nationale de musique de Rome ; il occupe cette fonction ainsi que celle de directeur du Teatro Costanzi de Rome, qu’il occupe depuis 1907 ; il continue à faire des tournées à l’étranger. En 1927, il représente l’Italie à Vienne pour la célébration du centenaire de la mort de Ludwig Van Beethoven. En 1929, il a été inclus parmi les académiciens de l’Académie royale d’Italie. En 1935, il met en scène à la Scala son dernier opéra, Nerone. En 1940, l’opéra « Cavalleria Rusticana » a 50 ans et est enregistré sur disque. En 1944, il démissionne de son poste de directeur artistique du Teatro Costanzi.
Pietro Mascagni meurt le 2 août 1945, à l’âge de 82 ans, dans sa chambre de l’hôtel Plaza de Rome, où il résidait depuis 1927.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *