Pas d’attentes, juste de l’amour

Nous aimons souffrir davantage pour ce que nous imaginons que pour ce qui se passe réellement.

Cela fait plusieurs semaines que je veux écrire sur ce sujet. J’y ai pensé plus que tout autre chose. Je grandis parce qu’il a réveillé la femme en moi qui dormait.

Ça a commencé dès la dernière fois que j’ai vu celui qui me plaisait, en m’imaginant avec lui, en l’idéalisant, le tout de la manière la plus ringarde et la plus rose. Après mûre réflexion, je me suis dit « peut-être qu’il n’est pas comme je l’imagine », et bien… il n’est définitivement pas comme je l’imagine, et il n’y a rien de mal à cela. Je me suis un peu découragé, mais il est normal d’avoir de grandes attentes en toute chose lorsqu’on ne sait pas ce qui se passe, mais dans ces cas particuliers, la réalité s’adapte parfaitement à nous.

Il est comme il est et là, j’avoue que je ne connais pas son humeur le matin, sa chanson préférée ou si oui ou non nous aurions un déclic en ayant des choses en commun. J’ai été dégoûté par le film romantique que j’avais créé dans ma tête. Ou si ce n’est pas avec lui, c’est en général. J’essaie d’apprendre à nous connaître sans créer d’attentes ni penser que le type qui vous parle dans un café ou celui avec qui vous ne sortez que quelques fois sera « le petit ami ». Bien sûr, quand vous sortez avec quelqu’un et que vous sentez que la vibration est inévitable et si cela n’arrive pas ; vous ramassez les petits morceaux de votre cœur pour passer à autre chose.

J’ai aussi vu, et c’est quelque chose qui n’a rien de ma vibration, la : « Oh, s’il ne veut pas me parler, je ne vais pas lui parler. » Il n’y a rien de mal à cela, si vous avez envie de lui écrire, écrivez-lui, offrez-lui un verre ou un café. Il y a des moments où l’envie nous dévore, pourquoi ne pas la laisser sortir ? Croyez-moi, je suis vraiment cool avec eux. La seule chose qu’elle peut te dire, c’est non, ne réponds pas et c’est tout. Ça a l’air super cool, mais à ce moment-là, tu as mille émotions et un peu de regret de l’avoir fait, mais au final, il ne se passe rien. Mais à la fin, rien ne se passe, RIEN NE SE PASSE !

Ce à quoi je veux en venir, c’est que je souffrais davantage de ce que j’imaginais que de ce qui se passait réellement. Bien sûr, il ne me cherche pas comme je le voudrais, mais cela ne m’a pas frappé aussi fort que tout ce que j’avais imaginé (peut-être qu’avec l’aide du 11:11, de l’horoscope, des bougies, du quartz, des paillettes et de saint Antoine faisant le miracle pour moi, cela pourrait marcher pour moi).

Il faut juste se laisser porter par ce que l’on ressent, qui nous donne la chair de poule, dire une bêtise, avoir de beaux nerfs parce qu’on le rencontre sans partir avec une attente énorme que si ce n’est pas lui, ce ne sera personne.

Je vois que ne pas rester avec l’envie de lui écrire, un moment ridicule en a valu la peine. J’ai encore beaucoup de choses à vous écrire.

Amourer sans peur, rêver dans les transports en commun, lui dire la première chose qui me vient à l’esprit, ne pas regretter, pleurer au petit matin, voir d’une certaine terrasse une nuit pleine d’étoiles, voilà ce que j’ai pris pour un simple désir et rien de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *