Navigation (Français)

L’ancien président polonais Lech Walesa prononce un discours au Centre européen de solidarité lors d’un événement marquant le 40e anniversaire des accords de Gdansk août, 31 août 2020 à Gdansk, Pologne afp_tickers

Ce contenu a été publié le 31 août 2020 – 15 :1631 Août 2020 – 15:16 (AFP)

L’icône anticommuniste polonaise Lech Walesa a mis en garde lundi contre le populisme qui divise son pays, alors qu’il commémorait les 40 ans d’un accord historique qui a donné naissance au mouvement syndical indépendant Solidarité.

Depuis 2015, lorsque le parti nationaliste populiste Droit et Justice (PiS) a pris le pouvoir et lancé des réformes controversées, critiquées dans le pays et à l’étranger, l’état de la démocratie polonaise suscite des inquiétudes.

« Aujourd’hui, les gens élisent des populistes et des démagogues parce qu’ils promettent du changement. Ils (les populistes) ont correctement diagnostiqué (les problèmes d’aujourd’hui) mais leur remède est mauvais », a déclaré Lech Walesa à des centaines de personnes rassemblées sur le chantier naval de Gdansk, sur la côte baltique de la Pologne.

C’est précisément ici, le 31 août 1980, que Lech Walesa, tenant un stylo plume à l’effigie du pape polonais Jean-Paul II, a signé les accords de Gdansk avec les communistes, un document qui a officiellement marqué la naissance de Solidarité, le premier syndicat indépendant du bloc communiste.

« Nous devons reprendre l’initiative de ces populistes et démagogues, et les remplacer par des solutions plus intelligentes, et de meilleures structures », a déclaré Walesa, 76 ans, entouré d’anciens collègues, avant de déposer des fleurs à la porte du chantier naval, et de l’ouvrir symboliquement, comme il l’avait fait il y a quatre décennies.

Paralysé un an plus tard par l’état de siège imposé par le général Wojciech Jaruzelski, Solidarité revient et remporte les premières élections semi-libres, le 4 juin 1989, déclenchant la chute du communisme dans tout le bloc.

Walesa, lauréat du prix Nobel de la paix en 1983, est ensuite devenu le premier président démocratiquement élu de Pologne, en 1990.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *