Lycopodes et apparentés

De toutes les plantes vasculaires sans graines, ces trois, Rhyniophyta, Psilophyta et Lycophyta, ainsi que Zosterophyllophyta et Trimerophyta sont les plus primitives. Dans cette section, nous nous intéresserons aux trois premiers en raison de leur importance fossile ou parce qu’ils ont des membres vivants aujourd’hui.

Division Rhinyophyta

Les rhinophytes sont des plantes apparues à la fin du Silurien et qui se sont éteintes au cours du Dévonien. Ce sont donc les plantes vasculaires les plus primitives. En l’absence de racines, c’est la tige qui était responsable de la fixation au substrat et de l’absorption des nutriments par sa partie basale. Ces tiges étaient de simples axes, assez minces, aphylles, qui se divisaient dichotomiquement et portaient aux extrémités les sporanges, isosporiques. Le gamétophyte était assez similaire en apparence au sporophyte. Ils vivaient dans des zones marécageuses, près de sources chaudes et même dans des zones halophiles. Les genres les plus connus sont Cooksonia et Rhynia.

Rhynia majorCooksonia
Rhynia major (ci-dessus) et Cooksonia(ci-dessous)

Cooksonia
Rhynia major (ci-dessus) et Cooksonia(ci-dessous)

.

Division Psilophyta

Psilotum

Dans ce groupe, il y a déjà des plantes vivantes au présent, et donc ce sont les plantes les plus simples qui existent. Ils ont des axes verts à ramification dichotomique qui naissent de rhizomes qui n’ont pas de vraies racines, mais plutôt des rhizoïdes. Les feuilles sont petites, microphylles, parfois squamiformes, disposées en hélice sur la tige. Les sporanges ne forment pas de sori, mais des synanges, qui se développent sur de courtes branches latérales ou synangiophores ; dans ceux-ci se forment des spores égales entre elles (isospores) qui, comme le reste des plantes non vasculaires, prendront naissance lors de la germination d’un prothalle souterrain qui vit habituellement associé aux champignons. Cette division compte deux genres vivants, Psilotum, avec des sporanges en groupes de trois et des feuilles écailleuses, et Tmesipteris, avec des sporanges en groupes de deux et des feuilles plus développées. Parmi les espèces des deux genres, seul Psilotum nudum (photo de droite), vit dans la Péninsule, bien qu’il n’ait une population que dans la Sierra de Algeciras, où il colonise les fissures rocheuses exposées au soleil.

Psilotum. Habit
Psilotum. Habitude

Psilotum sporangium
Psilotum sporangium

Psilotum coupe tige
Psilotum coupe tige

Div. Lycophyta

Cette division regroupe déjà des plantes plus évoluées que les précédentes. Elles sont apparues au Dévonien, et après avoir atteint leur apogée au Carbonifère (comme le reste des fougères), elles ont subi une régression assez forte, ce qui rend les espèces actuelles rares par rapport à leur passé. Les membres vivants de cette division sont regroupés en 3 ordres : les Lycopodiales (les Lycopodiales), les Selaginellales (les Selaginellales) et les Isoetales (les Isoetes).

La tige est assez variable, car elle peut être rampante et plus ou moins délicate comme chez les Lycopodiales et les Selaginellales ou en forme de bulbe, dans le cas des Isoetes ; la ramification est dichotomique ou monopodale. Les feuilles sont petites, microphylles, ont une vascularisation assez simple et possèdent une ligule, comme une expansion membraneuse, sur une de ses faces, et ce sera, tout ou partie, qui abritera les sporanges ; ainsi, les ligules sont sporophiles et sont souvent regroupées de façon plus ou moins dense en position terminale pour former des zones fertiles. Les spores qu’ils produisent peuvent être égales entre elles (isospores) et donner naissance à des gamétophytes monoïques, ou différentes (hétérospores), se différenciant alors en mégaspores, qui donneront naissance à des gamétophytes femelles, et en microspores, qui donneront naissance à des gamétophytes mâles.

La classification de cette division peut être résumée dans le schéma suivant :

  • Homospores et sans ligule : Lycopodiales.
  • Hétérospores et ligule :
    • Les feuilles disposées en quatre rangées, sans croissance secondaire et avec des spermatozoïdes biflagellés : Selaginellales.
    • Les feuilles disposées en spirale, avec une croissance secondaire et des spermatozoïdes pluriflagellés : Isoetales.

Lycopodes, Ord. Lycopodiales

À cet ordre appartiennent environ 400 espèces, caractérisées par le fait d’avoir de petites tiges terrestres, vertes, qui est formée par un axe prostré ou érigé, ramifié de façon dichotomique ou pseudomonopodique, et qui est couverte de petites feuilles. Les sporophylles sont groupés formant des épis terminaux souvent séparés de la partie végétative. Dans la partie basale de ces sporophylles apparaissent les sporanges. La germination des spores produira un gamétophyte qui fermera le cycle avec la production de gamètes et leur fertilisation ultérieure pour donner naissance à un nouveau sporophyte. Lycopodium clavatum est l’espèce la plus commune dans la péninsule.

Lycopodium
Lycopodium

Détail des sporophytes

Les Selaginellales, Ord. Selaginellales

À cet ordre appartiennent environ 700 espèces qui sont regroupées dans un seul genre, Selaginella. Elles possèdent un appareil végétatif généralement rampant et de petite taille, ramifié de façon dichotomique ou pseudomonopodique. Il existe des branches spéciales, sans feuilles, qui sont appelées rhizophores et sont des racines caulogènes. Dans la partie supérieure de la tige se trouvent des feuilles disposées en 4 rangées. Les sporophylles apparaissent en épis terminaux ou intercalaires, et généralement, les supérieurs forment des microsporanges et les inférieurs des macrosporanges, qui donneront naissance à des gamétophytes dioïques, respectivement mâle et femelle. Selaginella denticulata est peut-être le plus fréquent.

Selaginella
Selaginella

Selaginella sporangium
Selaginella sporangium

Les Isoètes, Ord. Isoetales

Les isoètes sont un groupe de 150 espèces vivantes, toutes appartenant au genre Isoetes, qui vivent généralement dans des environnements humides. Ils ont des tiges courtes et ramifiées, avec des racines dichotomiques, des feuilles de 5 à 80 cm de long et de 1 à 3 mm de large disposées en spirale et avec la partie basale plus large. Toutes ces feuilles ont la capacité de se transformer en sporophiles, étant les macrosporophiles externes et les microsporophiles internes ; ils se développent dans la partie la plus basse de la feuille et sont généralement protégés par une membrane appelée voile. Les spores donneront naissance à des macro et microgamétophytes, les premiers étant chargés de former les gamètes femelles et les seconds les mâles, qui produiront des spermatozoïdes pluriflagellés.

Chapitre précédent

Caractéristiques. caractéristiques

Début de l’article

début
Les… Plantes sans graines

Chapitre suivant

poster l'article
Ecchiettos ou prêles

Citer comme :

ISSN 1887-5068MENÉNDEZ VALDERREY, J.L.. \ »Lycopodes et aphines. » asturnatura.com Num. 20, . Disponible en <https://www.asturnatura.com/articulos/helechos/rinpsilic.php&gt ; . ISSN 1887-5068

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *