Lufthansa perd 2,3 MM $us et va se restructurer pour faire face à une lente reprise

La compagnie aérienne Lufthansa, qui a perdu 2,1 milliards d’euros (2.La crise du coronavirus a « affecté de manière inédite notre résultat » et « la demande ne se redressera que très lentement, ce que nous devrons rééquilibrer avec une profonde restructuration », a expliqué le directeur, Carsten Spohr, cité dans un communiqué.

Dans les mois à venir, le transporteur allemand va augmenter ses vols mais son offre de sièges jusqu’en septembre sera de 40% de ce qui était prévu avant la pandémie de coronavirus.

Pour surmonter cette crise aérienne sans précédent, Lufthansa a obtenu 9 milliards d’euros (environ 10.080 millions d’euros) d’aides publiques et de prêts garantis par l’Allemagne, via une injection de capital par l’État, qui sera le premier actionnaire du groupe, et des concessions à la concurrence, exigées par Bruxelles.

Plan

Les actionnaires doivent encore approuver ce plan lors d’une assemblée générale extraordinaire le 25 juin après l’accord donné lundi par le conseil de surveillance.

« Lufthansa prévoit de réduire les coûts », a expliqué la compagnie, qui a déjà annoncé en avril qu’elle se séparait de 100 avions sur un total de 763 et qu’elle fermait sa filiale Germanwings.

Même dans ce cas, il y aura 10 000 emplois supplémentaires, avait alors estimé M. Spohr, qui avait toutefois promis de négocier avec les syndicats pour conserver un maximum d’emplois.

La restructuration « ne peut fonctionner que si nous nous mettons d’accord avec les partenaires sociaux sur des solutions innovantes », a déclaré mercredi le directeur financier Thorsten Dirks, en faisant référence aux arrangements à temps partiel.

Sa filiale Brussels Airlines a annoncé le 12 mai vouloir supprimer 1 000 emplois, soit un quart de ses effectifs.

Pour sa part Austrian Airlines va « réduire les coûts de personnel de 20% » et se séparer d’un cinquième de ses avions.

Des avions au sol

Plusieurs compagnies ont annoncé des suppressions d’emplois à cause de la pandémie de COVID-19, dont Air Canada (au moins 19 000 emplois), British Airways (12 000, soit 30% des effectifs) ou l’américaine Delta (10 000), et d’autres ont fait faillite.

Pour sa part, Lufthansa « évalue la vente de certaines activités » qui ne font pas partie de son cœur de métier.

Lufthansa a déjà cédé les activités européennes de sa filiale de restauration LSG au suisse Gategroup mais a abandonné le projet, annoncé avant la pandémie, de la vendre entièrement.

Lufthansa a annoncé une perte d’exploitation ajustée de 1,2 milliard d’euros (1,344 milliard de dollars) fin avril, dans un contexte de baisse de 18% du chiffre d’affaires.

Pour autant, elle a reporté la publication de son rapport mensuel en raison de la crise.

Pour 2020, Lufthansa prévoit une « baisse significative » de son bénéfice d’exploitation, sans plus de détails.

Connexions

Depuis début juin, Lufthansa assure environ 2 000 connexions par semaine.

Après une nouvelle extension « progressive » du programme de vols au cours des trois prochains mois, le transporteur prévoit de couvrir à nouveau 90% de ses destinations habituelles à moyenne distance et 70% sur le long-courrier.

Pourtant 300 avions seront encore cloués au sol en 2021 et 200 en 2022 avant la « fin de la crise en 2023 ».

Au pire de la crise du coronavirus, en avril et mai, 700 avions étaient cloués au sol, dont une grande partie sur une piste de l’aéroport de Francfort.

Au pire de la crise, en avril et mai, 700 avions étaient cloués au sol, dont une grande partie sur une piste de l’aéroport de Francfort.

Au pire de la crise, en avril et mai, 700 avions étaient cloués au sol, dont une grande partie sur une piste de l’aéroport de Francfort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *