Loxosceles rufescens (Dufour, 1820)


Description de Loxosceles rufescens

Mâle de 7-7,5 mm de long, prosoma d’environ 3 mm, brun-orange, opisthosoma grisâtre à brun-jaunâtre ; pattes jaunes à orange. Pédipalpe sur tibia épaissi ; embolus incurvé, presque aussi long que large. Clypeus plus étroit que chez la femelle.
Les femelles mesurent 7-7,5 mm de long. Prosoma 3,2 mm, jaune rougeâtre, plus foncé à l’avant, avec des poils épars ; pattes uniformément jaune rougeâtre. Opisthosoma grisâtre à jaune rougeâtre. Vulve munie d’un réceptacle avec des lobes faisant saillie sur la face interne. Clypeus large, presque 3 fois le diamètre des yeux médians.

Image de Loxosceles rufescens

MáLAGA, Rio de la Miel. © José Rafael González López

Habitat et écologie de Loxosceles rufescens

Il vit dans des environnements secs, sous des pierres ou des crevasses de rochers, souvent dans et autour des maisons.
C’est une araignée dangereuse qui produit des morsures indolores mais induisant une nécrose de la zone autour de la morsure ; la plupart provoquent des démangeaisons et des rougeurs sans complications à court terme. Les plus dangereuses, celles qui provoquent des nécroses, sont plus rares.

Distribution de Loxosceles rufescens

Originaire du bassin méditerranéen.

Carte de distribution

Carte basée sur des données issues de photographies géoréférencées, de SINFLAC ou de données bibliographiques. Les marques hexagonales correspondent aux citations extraites automatiquement du GBIF.

autochtone (occasionnel) douteux ?
Voir grille GBIF

Localités

Malaga

  1. Localisation : Rio de la Miel, RIO DE LA MIEL
    Coordonnées : 36.75474, -3.81552
    Date d’observation : 22/08/2016 ; Date de publication : 02/09/2016
    Habitat : Piste entre les cultures d’avocats
    Fourni par : José Rafael González López
    Photo associée :
Citations totales : 1. Citations sur la carte : 1
Seul un maximum de 20 citations par province est indiqué. Pour voir toutes les citations, visitez leur carte dans SINFLAC.

Curiosités

La morsure de cette espèce peut provoquer une affection clinique appelée loxoscelisme cutané ou arachnoïdie qui, dans les cas graves, peut entraîner une gangrène. Le loxosclérose cutané se caractérise par l’apparition d’une lésion locale qui commence par des démangeaisons et devient progressivement douloureuse avec un œdème loco-régional. À l’endroit de la piqûre, une vésicule ou une papule se forme, qui peut évoluer en une plaque érythémateuse, avec des zones rouge violacé alternant avec des zones pâles, qui s’assombrit après sept jours, formant une escarre qui laisse un ulcère à guérison lente. Chez les espèces ibériques décrites, la plupart des cas de loxoscélisme cutané sont bénins. Seulement dans le cas de personnes allergiques au venin ou avec d’autres facteurs qui augmentent son effet (en plus des caractéristiques de la victime, cela dépend de la taille et de la vigueur du spécimen, du sexe – les femelles injectent plus en raison de leur plus grande corpulence -, de l’expulsion ou non du contenu gastrique avec la morsure, etc.), il peut produire une nécrose qui affecte une grande surface4. Il est à noter que d’autres espèces de son genre, mais de distribution africaine ou nord-américaine, sont les plus venimeuses au monde, seulement égalées par les populaires « veuves noires » (genre Latrodectus). En cas de morsure de cette araignée, il est recommandé de se rendre d’urgence chez le médecin, en emportant si possible le spécimen qui a causé le dommage, mort ou vivant. Il est important de rester calme et de se rappeler qu’il s’agit presque toujours de cas bénins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *