Les femmes ayant une faible estime de soi luttent davantage pour entretenir leurs relations

Les femmes ayant une faible estime de soi luttent davantage pour entretenir leurs relations

Le niveau d’attractivité que les femmes attribuent à leur partenaire peut affecter le temps et les efforts qu’elles investissent dans leur relation.

C’est l’une des conclusions d’une étude du psychologue Chris Bale, de l’université de Huddersfield, en Angleterre, présentée hier lors de la conférence annuelle de la British Psychological Society qui se tient ces jours-ci à Harrogate, dans le comté britannique du Yorkshire.

La recherche a examiné comment différents niveaux d’estime de soi peuvent affecter le comportement des femmes envers leurs partenaires, a déclaré la British Psychological Society dans un communiqué.

À cet égard, elle a constaté que les femmes qui se sentent moins désirables que leur partenaire peuvent tenter de compenser ce déséquilibre en se consacrant davantage à la relation.

Caractéristiques de la recherche

192 femmes âgées de 18 à 60 ans ont été analysées dans l’étude. Les participants ont rempli une enquête en ligne sur l’estime de soi et le comportement en couple.

À l’aide d’une série d’échelles d’évaluation, ils ont fait part de leurs sentiments, de ce qu’ils ressentaient à l’égard de leur partenaire actuel et des choses qu’ils faisaient pour entretenir leurs relations.

Résultats obtenus

Les résultats de l’enquête ont indiqué que les femmes qui se sentent plus désirables que leur partenaire ont un niveau d’estime de soi plus élevé et appliquent moins de comportements destinés à maintenir et renforcer leurs relations.

En revanche, les femmes ayant une faible estime de soi ont déclaré faire plus d’efforts pour empêcher leur partenaire de partir avec d’autres personnes. Bale explique que « ces résultats impliquent que les femmes qui se sentent moins attirantes que leur partenaire tentent de pallier ce déséquilibre en investissant plus de temps, d’efforts et de ressources financières dans leur relation ».

« Toutefois, cette recherche est préliminaire et limitée à une enquête portant uniquement sur les femmes britanniques. D’autres recherches pourraient être menées dans des contextes culturels différents et tenter de déterminer si un phénomène similaire se produit chez les hommes », conclut le chercheur.

Les femmes, l’attractivité physique et l’estime de soi

Sur la relation que les femmes établissent entre l’attractivité qu’elles perçoivent et leur propre corps, une autre étude menée cette année par Bale et ses collaborateurs peut être éclairante.

Dans celle-ci, les scientifiques ont analysé l’estime de soi des hommes et des femmes, en relation avec la confiance en soi, l’attractivité personnelle perçue et l’estime du corps.

La recherche a porté sur 287 personnes (98 hommes) qui ont également rempli une évaluation en ligne. Dans ce cas, les résultats ont révélé que l’idée que chaque individu se fait de sa propre attractivité est un bien meilleur prédicteur du niveau d’estime de soi pour les femmes que pour les hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *