Le Stade Louis-II fête ses 35 ans

Le 25 janvier 1985, le Prince Rainier III inaugurait le nouveau Stade Louis-II. Le jour suivant, l’AS Monaco a remporté son premier match contre le RC Lens.

L’histoire retiendra que le premier but marqué dans notre stade actuel a été enregistré le 26 janvier 1985. C’était un penalty et Bernard Genghini a eu l’honneur de le célébrer après 58 minutes. La veille de sa première, il avait été possible d’observer une reconstruction qui avait commencé en 1979, six ans plus tôt, et qui s’est achevée avec les neuf arches emblématiques qui regardent le quartier de Fontvieille.

Le premier Stade Louis-II.
Le premier Stade Louis-II lors de son inauguration en 1939.
Démolition de la tribune à reconstruire

1 / 3

Un stade ultramoderne

Le Stade Louis-II, qui avait été inauguré en 1939 par le Prince Louis-II, devait être démoli. Situé à quelques mètres de là, le nouveau stade conserve le même nom et permet à la Principauté et à l’AS Monaco d’entrer dans une nouvelle ère, avec une enceinte de 18 523 places (capacité désormais réduite à 16 360 places) qui devient bien plus qu’un simple stade de football. Avant-gardiste, le Louis-II est également doté d’une salle multisports de 2 500 places, devenue le terrain d’entraînement de la sélection, équipée d’une piscine olympique de plongée, de bureaux, de lieux de repos et d’entraînement pour les jeunes athlètes monégasques, sans oublier les trois niveaux de parking situés sous un stade qui constitue une véritable prouesse architecturale.

Le Stade Louis-II pendant sa construction
Benoit, Puel, Bijotat

1 / 2

30-0

Le lendemain de l’inauguration, Lorsque le Prince Rainier III l’a montré au public le 25 janvier 1985, en présence de Juan Antonio Samaranch, alors président du CIO, le football a repris vie dans ces tribunes. A cette occasion, nous avons accueilli le RC Lens lors de la 23ème journée de Ligue 1. Emmenée par le brillant Bruno Bellone*, l’équipe entraînée par Lucien Muller a dominé la rencontre. Les premiers moments de danger ont été remarqués lorsque Bruno Genghini a pris le ballon et a battu Gaëtan Huard d’un tir depuis le point de penalty. L’attaquant n’a pas été ébranlé. Phillipe Anziani a marqué deux autres buts (70 et 73) et l’AS Monaco a gagné 3-0. Les spectateurs présents ont eu droit à une journée idéale. Une erreur par inadvertance signifiait que le match avait été gagné 30-0, ce qui est resté une anecdote amusante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *