Le gouvernement britannique vient à la rescousse du métro de Londres


Il allouera 2.2 milliards de dollars pour sauver le métro et les bus, vu la situation financière catastrophique de Transport for London

La Voz de Galicia

La Voz de Galicia

efe 2020/11/01 15 :07 h

Le gouvernement britannique allouera 1.800 millions de livres (2 milliards d’euros) pour sauver le réseau de transport londonien et garantir ainsi que le métro et les bus continuent de fonctionner jusqu’en mars 2021.

La situation financière catastrophique de Transport for London (TfL) avait généré un conflit entre le maire de la capitale britannique, le travailliste Sadiq Khan, et l’exécutif conservateur, qui proposait des mesures comme la fin de la gratuité des transports pour les mineurs et les plus de 60 ans.

Selon Khan lui-même, l’accord entre les institutions permettra de compenser la forte baisse des recettes du réseau métropolitain sans avoir à adopter d’autres solutions possibles évoquées par le gouvernement, comme l’extension de la zone de Londres où il faut payer un droit pour circuler (appelé péage urbain). Dans un communiqué, le maire a reconnu que le pacte « n’est pas idéal », mais qu’il parvient à éviter les « pires mesures » proposées par l’exécutif central.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, affirme que le réseau était déjà en situation de faillite technique avant la pandémie, mais Khan a insisté dimanche sur le fait que « la seule raison pour laquelle TfL a besoin du soutien du gouvernement est que ses recettes de billetterie se sont quasiment éteintes depuis mars ».

Selon le mémo, la ville de Londres s’engage à lever des fonds supplémentaires au cours des prochaines années pour maintenir le service de transport tel qu’il est aujourd’hui.

Le maire envisage « une modeste augmentation » de la taxe d’habitation (« Council tax ») pour y parvenir, ainsi que le maintien des changements temporaires introduits dans la zone prioritaire résidentielle en juin dernier.

La lettre que le ministre des Transports Grant Shapps a envoyée à Khan pour l’informer qu’ils ont finalement accédé à ses demandes précise qu’à long terme, l’objectif est de développer avant avril 2023 ce qui permettra la viabilité financière du réseau.

La prochaine élection du maire de Londres est prévue pour mai prochain, de sorte que le différend sur TfL est devenu l’un des points clés de la compétition électorale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *