Le crabe marbré, une espèce invasive incontournable dans la recherche sur le cancer

Efeverde.-

Le crabe marbré (Procamborus fallax) est une espèce exotique envahissante qui dévaste les écosystèmes. Le crabe marbré (Procamborus fallax) est une espèce exotique envahissante qui dévaste les écosystèmes, mais il possède aussi une génétique particulière qui le rend indispensable dans les études liées au cancer.

C’est ce que prouvent deux études menées par des chercheurs de République tchèque et d’Allemagne et présentées lors du Symposium international d’astacologie, qui a réuni des experts de 25 pays au Jardin botanique royal de Madrid.

Le double visage du crabe marbré

Le chercheur Pavel Kozák, de l’Université de Bohême du Sud, en République tchèque, a analysé les aspects liés à l’écologie et à la reproduction du crabe marbré afin d’étudier son interaction avec d’autres espèces invasives d’amphibiens ou de poissons et son impact sur celles-ci.

Selon Kozák, « le crabe marbré détruit des poissons, des mollusques ou des macroinvertébrés, c’est-à-dire qu’il remodèle l’ensemble de l’écosystème », et sa puissance contre les espèces plus grandes « démonte la théorie selon laquelle les plus grandes sont généralement les plus agressives ».

Pour sa part, le scientifique Frank J. Lyko, du Centre de recherche sur le cancer de Heidelberg en Allemagne, s’est attaché à étudier la génétique du crabe marbré pour conclure qu’il se reproduit par naissance génétique, c’est-à-dire que les femelles créent des clones d’elles-mêmes.

Ce qui signifie qu’il s’agit « d’une espèce modèle pour la mise en œuvre de travaux sur le cancer, puisqu’un seul génome est obtenu à partir de son étude, d’où son importance pour la science médicale », a expliqué Lyko.

Une expansion rapide

Les deux chercheurs ont néanmoins souligné les « effets dévastateurs » du crabe marbré reflétés à Madagascar, où ils ont détruit pratiquement tout l’habitat par lequel ils sont passés, avant de faire le saut vers d’autres pays.

Les premières populations en Europe ont été localisées en 1995 en Allemagne et en 2010, leur établissement absolu dans la nature a été confirmé, notamment en Europe centrale.

Sections : Animaux Biodiversité
.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *