La Nouvelle Angleterre avant les Européens – les Amérindiens

Sélectionnez votre langue pour une traduction automatique :

AnglaisEspañolFrançaisDeutschItalianoDansk中文(简体)中文(漢字)日本語한국어PortuguêsTürkçeالعربية
Lieux d'implantation approximatifs des principales tribus amérindiennes de Nouvelle-Angleterre

Lieux approximatifs des principales tribus amérindiennes de Nouvelle-Angleterre

Map © 2008 DeLorme (www.delorme.com) TOPO USA® – Annotations de l’auteur

Au moment de l’arrivée des Européens blancs, la Nouvelle-Angleterre était habitée par les Amérindiens depuis plus de mille ans. Ayant migré ici après le retrait de la dernière période glaciaire, ils comptaient en 1500 une population dépassant probablement les 100 000 habitants. Chasseurs et cueilleurs à l’origine, ils étaient devenus plus agricoles, avec de vastes champs de maïs, de haricots et de courges. À cette époque, les tribus étaient fondamentalement stationnaires, mais déplaçaient leurs habitations plusieurs fois par an en fonction du temps – hiver, chasse d’automne et été.

Les tribus de Nouvelle-Angleterre avaient un héritage commun et appartenaient à la famille algonquienne. Leur langue était assez commune, et bien que chaque tribu ait des nuances, il était possible de se faire comprendre de Cape Cod au Canada.

Politiquement, chaque tribu et sous-tribu avait un seul dirigeant principal, appelé « sachem » ou « sagamore ». Ces sachem étaient généralement des hommes, mais il y avait parfois des squaw, ou des femmes, sachem. Au sein de la hiérarchie tribale, il y avait des sous-sachems pour des fonctions telles que l’armée (pour la guerre), les pow-wow (médecine), et d’autres fonctions.

Au moment de l’arrivée de l’homme blanc, il y avait un certain nombre de tribus principales, beaucoup pacifiques, mais certaines guerrières et en compétition avec leurs voisins. Les noms de ces tribus ont été hérités par de nombreuses villes, rivières et lacs de Nouvelle-Angleterre. Ces tribus comprenaient :

  • Les Abnaki, également connus sous le nom de Tarrantine par d’autres tribus, habitaient l’ouest du Maine, en particulier les vallées des rivières Kennebec Androscoggin & Saco, ainsi que des parties du New Hampshire voisin. Comme il s’agit de la partie la plus froide et la plus montagneuse de la Nouvelle-Angleterre, les Abnaki avaient tendance à pratiquer la chasse plutôt que l’agriculture. Plus belliqueux que leurs voisins du sud, de nombreuses tribus, et en particulier les Massachusetts, vivaient dans la crainte des raids des Tarrantins. Ils avaient une réputation de cruauté et étaient accusés de cannibalisme par les Anglais.
  • Les Penacook habitaient le sud et le centre du MA, le nord-est du MA et le sud-est du ME, avec la principale subdivision autour de Concord, NH. Les Penacook avaient de nombreuses tribus subordonnées, notamment les Nashua, les Piscataqua et les Winnepesaukee.
  • Les Massachusett (en algonquin, « peuple des grandes collines »), dont l’État du Massachusetts tire son nom, habitaient la région orientale de l’État, autour de Boston. À l’origine l’une des tribus les plus puissantes, elle a été dévastée par la peste et les guerres avec les Abnaki. Leur population a diminué d’environ 3 000 à 500 personnes entre 1615 et 1630.
  • Les Wampanoag habitaient les régions du sud-est du Massachusetts près de l’endroit où les Pèlerins ont débarqué dans l’actuelle Plymouth. Ils ont également été dévastés par la peste. Metacom (le roi Philippe de la « Guerre du Roi Philippe ») était Wampanoag.
  • Les Narragansetts étaient une tribu puissante qui vivait dans l’actuel Rhode Island.
  • Les Niantiques étaient une tribu largement côtière vivant dans la baie de Narragansett et s’étendant jusqu’à la tribu Pequot dans le Connecticut.
  • Les Pequots, de l’est du Connecticut, faisaient à l’origine partie des Mahican (connus sous le nom de Mohegan, une corruption du nom Mahigan) une tribu de la vallée supérieure du fleuve Hudson dans l’État de New York. Ils étaient belliqueux et agressifs et le principal protagoniste de la guerre des Pequots en 1637-1638.
  • Les Nipmucs qui habitaient le centre du MA, étaient une tribu comparativement faible qui payait fréquemment un tribut à ses voisins.
  • Les Pocumtucks étaient une association lâche de tribus qui vivaient à l’ouest des Nipmucks dans les régions autour de Deerfield, MA.
  • Au sud des Pocumtucks, le long de la vallée du fleuve Connecticut, vivaient les « Indiens de la rivière », une autre association lâche de tribus.
  • La confédération Wappinger, qui s’étendait de la rive ouest du fleuve Hudson jusqu’à Manhattan au sud et Poughkeepsie au nord, bordait les Indiens de la rivière à l’ouest. Les tribus des Wappinger comprenaient les Mattabesic, les Quinnipiac, les Paugusset et les Tunxis.
  • Au nord de la confédération des Wappinger se trouvaient les Mahicans, (Mohecan), la tribu mère des Pequots. Ils habitaient l’ouest du Connecticut et la haute vallée de l’Hudson à New York.
  • Les Nausets étaient une tribu plus petite qui vivait à Cape Cod.
  • Les Montauks habitaient l’est de Long Island.
  • Les Mohawks, qui s’étendaient sur la majeure partie de l’est de l’État de New York, étaient la tribu la plus orientale de la confédération iroquoise, c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas Algonquins. Extrêmement guerriers, ils étaient redoutables et craints par les tribus algonquines.

Entre 1616 et 1619, une peste, ou la « Grande Morte », a anéanti près des ¾ de la population amérindienne de Nouvelle-Angleterre, la dévastation étant pire dans les zones côtières où la mortalité a atteint 95 %. L’un des principaux effets de cette catastrophe a été que lorsque les colons blancs ont commencé à arriver, à partir de 1620, ils ont rencontré très peu de la population indigène. La capacité des Amérindiens à résister aux Européens était très faible.

Pour la deuxième partie, les débuts de l’exploration de la Nouvelle-Angleterre, cliquez ici.

Sources et pour des lectures supplémentaires :

Bragdon, Kathleen Joan, Native People of Southern New England, 1500-1650. University of Oklahoma Press, 1996.

Vaughan, Alden T., New England Frontier Puritans and Indians 1620-1675. Little Brown and Company Boston, 1965.

http://iweb.tntech.edu/kosburn/History-201/Puritans%20&%20Indians.htm

http://www.memorialhall.mass.edu/classroom/curriculum_6th/lesson2/bkgdessay.html

http://www.smithsonianmag.com/history-archaeology/squanto.htm

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *