Il n’y a pas de temps pour les regrets.

« Chapitre 3. »

-Ne pars pas-C’est alors que je me suis rendu compte de ce que je lui demandais,sur l’erreur que j’ai commise en prononçant ce mot et d’une manière ou d’une autre je devais la réparer-Je veux dire ne pars pas et attends un moment car je voulais te donner la nouvelle qu’il y a des indices sur l’endroit où se trouve Alex-J’ai parlé nerveusement en espérant qu’il me croirait-Mais demain on en parlera mieux-Je me suis retourné vers la chaise

-C’était ça ?

– ?Il m’a demandé un peu déçu et triste

Oui Paul tu peux partir avec Michell-Je fixe à nouveau mon regard sur les Dossiers-Ne la fais pas attendre

Je l’ai seulement entendu soupirer, j’ai levé les yeux et je ne l’ai pas vu, il est parti, j’ai pressé les lèvres pour ne pas laisser échapper un sanglot, je ne pouvais pas rester ici alors je suis sortie avec plusieurs papiers en main pour les laisser dans mon camion, au loin on le voyait marcher avec Michell à ses côtés, elle se tenait devant lui,J’ai fermé les yeux et laissé couler quelques larmes

Tous les pleurs que j’avais réprimés étaient incontrôlables maintenant,J’étais trop loin et il ne m’a pas vu, quand j’ai réalisé que les dossiers étaient mouillés par mes larmes j’ai décidé de me précipiter pour les ranger, mais je devais rentrer j’avais oublié mon manteau

Vous allez bien Mlle Adkins ?-Demanda M. Lucas l’agent de sécurité

Oui, je vais bien, je marche la tête baissée, je regarde le sol quand j’ai eu l’impression de heurter quelqu’un

Toujours là, bleu ?Je voulais l’éviter et partir mais il s’est mis sur mon chemin

– Excusez-moi Paul je dois prendre mon sac- J’ai fait le chemin inverse mais encore une fois il s’est mis sur mon chemin, pour lui m’embêter était amusant et pour moi il me rendait folle

Et si ce n’est pas quoi?

– ?J’ai ricané à son mot provocateur

-S’il vous plaît, j’ai froncé les sourcils, il s’est contenté de sourire de façon coquette, je suis allée à l’autre bout où se trouvait le mur, je ne joue pas à Paul, j’ai crié, il s’est mis devant moi, je lui ai jeté un regard méprisant, je me suis retournée pour partir, il a mis sa main droite en l’évitant, il m’a collée au mur et m’a embrassée Il m’a embrassée !

J’ai laissé mes mains toujours sur sa poitrine, j’ai commencé à lui rendre la pareille après quelques courtes secondes, je ne mens pas, ses baisers me manquaient je regrettais tellement le goût de ses lèvres,il a descendu ses mains à ma taille en nous rapprochant, j’ai enroulé mes bras autour de son cou

Nous manquions d’air et nous le savions mais nous ne nous sommes pas arrêtés, il me faisait voir le ciel, il a commencé à descendre ses mains vers le bas de mon dos

-Paul….Paul-chuchote en l’arrêtant, je l’ai un peu écarté, il a ouvert les yeux, il était agité

– Qu’est-ce qui ne va pas ?Ses pupilles étaient dilatées

Ne pas se voiler la face, ne pas recommencer. Je suis allée à mon bureau, nerveuse à l’idée que quelque chose d’autre puisse se produire, sachant qu’avec ce baiser il a remué quelque chose en moi

J’ai pris mon manteau, mon sac,mais quand j’y suis allé, il était de nouveau

-Adele – Elle a parlé – Pardonne-moi mais je n’ai pas pu m’en empêcher, je ne peux pas continuer sans toi à mes côtés, c’est si torturant de t’avoir si proche et pourtant si loin – Elle se rapprochait de plus en plus et je retournais en arrière,répétant ce qu’il a fait il y a quelques minutes, il m’a coincé contre le mur – et en te rendant la pareille, tu m’as montré que tu m’aimais toujours autant que je t’aime

Je ne suis pas ta marionnette Paul, tu ne peux pas faire semblant pendant un moment qu’il ne s’est rien passé et venir me dire que tu m’aimes – mes yeux se sont remplis d’eau,Je ne suis pas aussi forte que j’en ai l’air, j’ai aussi mal

Ne dis pas ça, il a pris mon visage entre ses mains, donne-moi une chance

Je ne veux pas continuer à te supporter aussi peu aimant qu’avant, il a baissé la tête, je ne peux pas

Je me souviens

-Paul, on va dîner ce soir ?-J’ai souri en le serrant dans mes bras par derrière

-Je ne peux pas Adèle-Sa voix n’était pas habituelle, maintenant il avait l’air agacé, stressé-Un autre jour

-Mais c’est ce que tu dis depuis des semaines maintenant-J’ai commencé à caresser son abdomen

J’enlève mes mains, il est resté devant moi agacé

-Tu crois que c’est facile tout ça ? Non Adèle ! Il y a trop de choses à faire

Fin de la mémoire|

-Désolée Delly, mais à l’époque l’habitude a pris le dessus sur ma raison, je ne voulais ni voir ni entendre quand tu as dit que rien n’est éternel et de prendre soin de notre amour- Une larme a roulé sur ma joue,Il l’a rapidement essuyée du bout des doigts-J’ai oublié les détails et les dates et très tard j’ai réalisé que nos adieux arrivaient-J’ai remarqué que ses beaux yeux se cristallisaient-J’ai mal d’accepter que je t’avais si proche et sans vouloir briser les promesses d’être avec toi-Je renverse la tête en arrière pour arrêter de pleurer mais c’était impossible-D’être ton refuge dans les nuits froides,te parler à l’oreille et te rendre heureuse

-Ne continue pas-Soupir-S’il te plaît

-J’ai juste tellement de mal à penser que je n’ai pas tes baisers, tes mains, ton corps qui touche ma peau, s’il y avait un moyen de changer les choses et de revenir en arrière

-Mais il n’y en a pas, d’ailleurs je ne sais pas ce que tu fais ici tu devrais être avec elle-Soupir

-Elle avait des choses à faire,Adèle n’est que mon amie-Je l’ai regardé attentivement et sans plus attendre je suis partie, le laissant seul, seul comme il l’a fait un jour avec moi

J’ai couru jusqu’au parking, je suis montée en trombe, je suis restée là quelques instants, j’ai heurté le volant et je me suis appuyée dessus, mon âme me faisait mal, mon cœur me faisait mal, je m’écroulais

-Dammit Adèle arrête de pleurer !-Je me suis crié – Arrête d’être si faible !- Je me suis reproché mille fois ce sentiment

Je l’ai vu partir dans le rétroviseur, j’ai allumé le camion et j’ai démarré, je ne voulais pas rentrer chez moi, pas encore, j’ai roulé jusqu’à un bar que je fréquente habituellement parfois pour me détendre un peu, bientôt j’y étais

Bonsoir Mike- Je me suis assis sur une des chaises hautes devant le bar

Bonsoir mon cher officier, qu’est-ce qui vous amène ici ?Il a parlé en me regardant tout en nettoyant un des verres

Vous avez besoin d’une bouteille de tequila et d’une cigarette, n’est-ce pas ?J’ai fait la moue, il a souri en soulevant ses épaules

Encore une heure et j’étais déjà ivre, au lieu de mes cinq sens, je crois que je n’en avais que deux

-Mon mignon Mike aide-moi à composer ce numéro-Rei et j’ai plissé les yeux mais ma vision était encore floue

-Paul ? – J’ai demandé – Lui ?J’ai acquiescé en riant, j’ai eu l’impression et j’ai commencé à pleurer

-Dis-lui que je l’aime, dis-lui de venir me chercher, je te jure que je lui donnerai une autre chance, dis-lui qu’il est l’amour de ma vie, dis-lui qu’il est tout pour moi – Porte mon nez

*Narra Paul*

J’étais sur le point de m’endormir,Je continuais à penser à Adèle, à tout ce qui s’est passé, si cela avait été différent maintenant nous serions encore ensemble, le son de mon téléphone portable m’a sorti de mes pensées, c’était elle, j’étais confus et j’ai répondu, j’espère que rien ne lui est arrivé

Oui ?-J’ai répondu

Paul ?C’était une voix d’homme et ma colère commençait à prendre le dessus – Eh bien, je viens d’appeler pour vous dire que Miss Adèle est très ivre et m’a demandé de vous appeler pour venir la chercher et …..

J’ai entendu sa voix qui criait

-Passe-le moi, donne-le moi, tu ne sais pas, ce n’est pas ce que tu devais lui dire-Retenez mon rire à ça

Je vais là-bas-je viens de mettre un pull et de sortir

Je savais quel était l’endroit qu’elle fréquentait car j’ai eu l’occasion de l’accompagner quelques fois, Adele est tellement têtue et folle mais en même temps tellement belle,

Quand je suis entré, j’ai pu la voir pointer son doigt vers lui comme si elle mettait en garde le garçon en face d’elle

Tu n’es pas mon ami Mike,tu es comme mon frère-Il a hoché la tête

J’ai posé ma main sur son bras pour lui faire prendre conscience de ma présence et il l’a fait

Vous êtes là-J’ai levé les bras, excité

Allons-y-Je l’ai aidée à se lever mais elle a résisté

Aussi vite ? Si la fête ne fait que commencer – Négo

-Dieu Adèle, qu’est-ce que tu as bu autant ? elle a ri aux éclats

– Beaucoup de choses wuuuuuu !Je l’ai prise dans mes bras – Je me sens comme une princesse

J’ai juste fait signe à « Mike » que je l’emmenais et il a juste dit « Bonne chance »

-Où m’emmenez-vous ? a-t-il demandé pendant que je lui mettais la ceinture de sécurité -Et mon camion ?

Chez moi et demain je leur demanderai de venir le chercher.J’ai terminé et elle m’a arrêté avant de se retourner pour entrer

-Hey, on fait l’amour ?

Elle s’est mordu la lèvre

Non Adèle-je suis devenu sérieux

-Pourquoi pas ? Tu ne m’aimes plus ? Tu couches avec le squelettique Michell ?

Je n’ai pas répondu.Je n’ai pas répondu

Tout le long, je disais des choses incohérentes comme « Tu ne sais pas à quel point tu as envie de me quitter chaque fois que tu m’embrasses », « Je suis sur le point d’aller dans un bordel d’hommes et de faire un plan à trois pendant que d’autres me dansent », noyait parfois mon envie de rire, mais jusqu’à ce que finalement je m’endorme profondément

Je savais que je ne me réveillerais pas,Je l’ai portée à nouveau, avec difficulté j’ai ouvert la porte de ma maison, je suis monté dans ma chambre, je suis arrivé quelque peu agité, je l’ai laissée sur le lit

Tu es belle-je caressais la peau blanche de son visage et enlevais les mèches de ses cheveux qui le recouvraient

Elle a bougé et ouvert les yeux, elle m’a regardé avec flirt

Veux-tu me faire l’amour ?-Je voulais le faire mais ce n’était pas le moment exact, elle était encore ivre

-Reste petite fille-je me suis détaché mais elle m’a tiré si fort que j’ai glissé en tombant sur son corps, sans prévenir elle m’a embrassé, je n’ai pas pu résister et j’ai accepté avec joie

-Fais-moi l’amour…..

Fanny-

Fais-moi l’amour…..

-Fanny-

iv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *