Hugh Hefner, traquer Marilyn jusque dans sa tombe

Plusieurs des articles publiés à l’occasion du décès de Hugh Hefner, mercredi à l’âge de 91 ans, se terminaient de la même manière : mentionner que le magnat de l’érotisme et fondateur de Playboy, avait acheté en 1992, pour 75 000 dollars, la niche à côté de Marilyn Monroe. Samedi, il y a finalement été enterré lors d’une cérémonie très privée à laquelle n’ont assisté que sa femme Crystal Harris, ses quatre enfants et quelques cadres de son entreprise, selon le portail TMZ.com.

En 2009, Hefner a expliqué dans plusieurs interviews la raison de son choix : « Qui ne voudrait pas être aux côtés de Marilyn pour l’éternité ? », a-t-il demandé dans une interview au journal allemand Welt am Sonntag. « J’ai découvert par hasard que la place d’à côté était devenue vacante et j’ai agi immédiatement », a-t-il ajouté, faisant référence à la simple niche du Westwood Memorial Park de Los Angeles. « Je crois au symbolisme », a déclaré Hefner au Los Angeles Times également en 2009 : « Passer l’éternité à côté de Marilyn est trop doux pour ne pas le faire. »

Pour autant, l’histoire qui lie les deux personnages n’est pas douce du tout. En 1953, Marylin Monroe a été la première à faire la couverture du magazine Playboy. L’actrice débutante est apparue blonde platine, saluant de la main, gainée dans une robe noire décolletée. Elle était également la vedette de ses pages centrales : dans ces photos, Norma Jean apparaissait rousse et nue sur des draps cramoisis alors qu’elle n’était pas encore célèbre. L’actrice avait posé pour ces nus quatre ans auparavant et n’avait demandé que 50 dollars pour la séance qui devait paraître dans un calendrier. Elle était sans le sou et n’avait pas encore tourné La jungle de l’asphalte et Eve nue (tous deux en 1950), les films qui lui ont ouvert la voie à Hollywood.

Le premier numéro du magazine 'Playboy', en 1953, présentait un Monroe nu dans ses pages centrales.'Playboy', de 1953, llevaba un desnudo de Monroe en sus páginas centrales.
Le premier numéro du magazine ‘Playboy’, en 1953, présentait un Monroe nu dans ses pages centrales. FREDERIC J. BROWNAFP/Getty

Lorsque Hefner a acheté les images en 53, pour 500 dollars, la jeune actrice commençait déjà sa carrière prometteuse. Le propriétaire de Playboy n’a jamais demandé son consentement, a publié le nu et a vendu plus de 50 000 exemplaires de son numéro un.

Malgré le fait qu’il ne l’ait jamais rencontrée en personne, Hefner a assuré à CBS en 2012 : « J’ai l’impression d’avoir un double lien avec elle parce qu’elle a contribué au lancement de Playboy et parce que nous sommes nés la même année. »

Seggard a déclaré à CBS en 2012 : « J’ai l’impression d’avoir un double lien avec elle parce qu’elle a contribué au lancement de Playboy et parce que nous sommes nés la même année. »

Seggard a déclaré : « J’ai l’impression d’avoir un double lien avec elle.

Selon les biographes de Monroe, l’actrice était embarrassée par la publication des photos et pensait qu’elles allaient compromettre sa carrière naissante. À la suite du scandale, elle a également été contrainte de tenir une conférence de presse au cours de laquelle elle a dû s’excuser d’avoir réalisé le tournage à un moment de désespoir financier. « Je n’ai même jamais reçu de remerciements de la part de tous ceux qui ont gagné des millions grâce à une photo de Marilyn nue », a écrit plus tard l’actrice dans ses journaux intimes. « J’ai même dû acheter un exemplaire du magazine pour me voir dedans. »

On n’est plus en 1953, et Twitter a pris la défense posthume de l’actrice. Face à certains commentaires louant Hefner pour son idée d’être enterré à côté de Marilyn, la plupart mettent en cause le mogul pour avoir harcelé l’actrice, même sur son lit de mort.

De nombreux critiques (et surtout de nombreuses critiques) accusent le mogul de continuer à exploiter l’actrice et le font passer pour un « vieux cochon ».

De nombreux critiques (et surtout de nombreuses critiques) accusent le mogul de continuer à exploiter l’actrice et le font passer pour un « vieux cochon ». « Creepy » est l’adjectif le plus couramment utilisé, mieux traduit dans ce contexte par « crabby ». « Mon Dieu… même après votre mort, vous ne pouvez même pas être tranquille sans qu’un homme vienne vous dire ‘Est-ce que quelqu’un est assis ici ?’ alors qu’il est assis à côté de vous », a tweeté l’écrivain Sarah Nicole Prickett. Ce n’est qu’un exemple parmi les très nombreux commentaires se moquant du « qu’est-ce que tu fais là tout seul » post-mortem de Hugh Hefner depuis des jours.

Marilyn Monroe meurt en août 1962, à 36 ans, à son domicile, d’une overdose de barbituriques.

Elsie Poncher, en 2009, regardant la niche de son défunt mari.
Elsie Poncher, en 2009, regardant la niche de son défunt mari. Mel MelconGetty Images

Hefner n’était même pas le premier à avoir eu cette idée macabre. Depuis le milieu des années 1980, un autre homme d’affaires âgé a été enterré à côté de Marilyn. Il s’agit de Richard Poncher, dont le cadavre repose dans la niche située juste au-dessus de celui de Monroe. Le vieux millionnaire – qui a fait fortune au début des années 1980 – est millionnaire depuis le milieu des années 1980. Le vieux millionnaire – qui a fait fortune dans diverses sociétés d’électronique, vendu des avions militaires et a été lié à la fois au show-business et à la mafia de Los Angeles – a acheté deux niches à Joe DiMaggio lorsque celui-ci a divorcé de Monroe en 1954. Non content d’être enterré au-dessus de l’actrice, il a demandé à être placé dans la niche, face contre terre, afin d’être face à elle. « Quand je casserai ma pipe, si tu ne me poses pas face contre terre sur Marilyn, je te hanterai jusqu’à la fin de mes jours », avait menacé avant sa mort sa veuve Elsie, qui n’a pas été impressionnée : en 2009, la veuve a mis la niche aux enchères sur eBay. Son idée était de déplacer son défunt mari sur la tombe à sa gauche, celle juste au-dessus de celle de Hugh Hefner. Bien qu’il ait été rapporté qu’Elsie avait vendu la niche pour 4,6 millions de dollars, la vente n’a jamais eu lieu. Il reste la plaque de Poncher, décédé à l’âge de 81 ans.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *