Gonzalo Guerrero, symbole du métissage en Amérique


De l’arquebusier au chef maya

En 1510, Gonzalo Guerrero part pour les Indes dans l’équipage de Diego de Nicuesa, gouverneur de Veragua (actuel Panama), pour ne jamais revenir dans son Espagne. Au cours du voyage, son navire est dévié par une violente tempête et fait naufrage près de la Jamaïque. Guerrero et 19 autres hommes ont réussi à se sauver dans un petit bateau, mais sans nourriture ni eau, ils sont restés bloqués à la merci des marées pendant des jours, jusqu’à ce que le courant les emporte vers le Yucatan, au Mexique. La moitié des survivants sont morts pendant la traversée et ceux qui sont restés ont été faits prisonniers par l’une des tribus mayas qui habitaient la péninsule. Quelques années plus tard, seuls Gonzalo Guerrero et le religieux Jeronimo de Aguilar étaient encore en vie, les autres avaient été sacrifiés, mangés, tués ou étaient morts de maladie et d’épuisement.

Guerrero et Aguilar avaient été réduits en esclavage et passaient d’un cacique à l’autre selon le moment. Alors qu’Aguilar conserve sa foi chrétienne et reste en marge de la société maya, Gonzalo Guerrero s’assimile progressivement et commence à copier leurs vêtements et leurs coutumes. Il a gagné la confiance du cacique maya Na Chan Can en lui enseignant certaines des techniques de combat qu’il avait apprises pendant ses années de soldat et que le chef indigène utilisera d’abord contre des tribus rivales, puis contre les Espagnols. On raconte que Guerrero a sauvé la vie de Balam, le nacom (capitaine) de Na Chan Can, et que pour cela, il a été libéré et a eu pour épouse Zazil Há, fille du cacique, avec laquelle il a eu trois enfants (les premiers métis mexicains).

Avec ses tatouages, ses piercings au nez et aux oreilles et habillé comme un authentique guerrier maya, l’Espagnol avait laissé son passé derrière lui et se préparait à assumer son rôle dans ce nouveau monde. Les premières confrontations avec les Espagnols ont eu lieu en 1517 et 1518, lors des expéditions de Hernandez de Cordoba et Juan de Grijalva, et les Mayas y ont utilisé toutes les techniques et stratégies que Guerrero, devenu un commandant respecté, leur avait enseignées. Le changement en lui est tel que lorsque Hernán Cortés arrive sur l’île de Cozumel en 1519 et envoie une expédition pour sauver les deux naufragés, seul Aguilar répond à l’appel du conquistador. Gonzalo Guerrero a préféré rester avec sa famille et les personnes qui l’avaient accueilli et dont il faisait désormais partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *