Gastrotheca riobambae

Ils restent sur des branches ou des feuilles de préférence près de l’eau, d’où ils traquent leurs proies. Grâce à leurs longs membres postérieurs, ils peuvent faire de grands bonds et se déplacer facilement d’une branche à l’autre. Pendant la saison des pluies, les mâles croassent et émettent un son fort à l’aide du sac gulaire, qui est une sorte de fanon que les mâles possèdent.

La femelle libère plusieurs œufs que le mâle féconde. Puis le mâle, à l’aide de ses pattes arrière, les introduit dans une poche située sur le dos de la femelle (marsupium). À l’intérieur de cette cavité, chaque œuf possède sa propre membrane protectrice qui permet l’échange de gaz et de nutriments, très similaire à ce qui se passe avec le placenta chez les mammifères.

La mère porte entre 100 et 130 embryons, jusqu’à l’éclosion des têtards (chaque œuf mesure 3 mm de diamètre). Après environ trois mois, la mère extrait les têtards un par un, avec les orteils de ses pattes arrière. Les têtards nouvellement éclos ont des branchies externes invisibles qui leur permettent de respirer, puis celles-ci deviennent internes.

Les têtards se nourrissent de matières végétales et de déchets. Tandis que les grenouilles adultes chassent les petits insectes, les vertébrés et autres, ce qui permet de contrôler les parasites et les fléaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *