Époque médiévale

  1. Qu’est-ce que l’époque médiévale ?
  2. Politique, social, économique, religieux
  3. Qu’est-ce que le mestre des ménestrels ?
  4. Qu’est-ce que le clergé ?
  5. Qu’est-ce que les serviteurs de Gleva ?
  6. Qu’est-ce que le féodalisme ?
  7. Bibliographie

1.- Qu’est-ce que la période médiévale ?

Le Moyen Âge est la période de l’histoire européenne allant de la désintégration de l’Empire romain d’Occident au Ve siècle au XVe siècle. Cependant, les dates antérieures ne doivent pas être prises comme des références fixes : il n’y a jamais eu de rupture nette dans le développement culturel du continent.

La période médiévale, le Moyen Âge ou le Médiéval, sont les temps qui se sont écoulés il y a plus de 800 ans. Au Moyen Âge, il y avait de nombreux châteaux (avec leurs rois, comtes, guerriers, paysans et bouffons). Il y avait également de nombreux couvents et leurs moines étaient les mieux alphabétisés. Il y avait également de nombreux marchés aux puces.

2.- Effet politique, social, économique, religieux.

Politique

La structure politique et économique prédominante du Moyen Âge est le féodalisme. Ce système s’est développé en réponse à la désintégration de l’autorité centrale et au chaos social survenu après la fin de la domination romaine.

Une hiérarchie d’hommes puissants, régie par le nouveau système de vassalité et de division territoriale en fiefs, a remplacé l’ancien système romain d’empereur, de sénat, de province, de cité et de ville.

Sociale

Le Moyen Âge est une époque où la société est caractérisée par une grande inégalité des classes. Il n’y avait qu’un petit groupe de personnes libres ; les autres étaient assujetties et ne pouvaient pas quitter la terre où elles étaient nées, un système que l’on appelait le servage.

Les classes sociales étaient au nombre de trois :

1.- La noblesse

Elle était constituée par le roi, le seigneur et ses vassaux. Il était surtout composé de personnes d’origine franque ou germanique.

2.- Le clergé

En plus des fonctions religieuses, il avait un rôle transcendantal dans la société et la culture, du fait que ses membres recevaient une instruction supérieure qui leur permettait de diriger la société. Un aspect intéressant de la constitution cléricale médiévale est que, si elle était souvent composée de nobles, il n’était pas exclu que d’humbles paysans puissent également être ordonnés prêtres.

3.- La population paysanne

C’était la base de la pyramide sociale. Ses membres, à l’exception de quelques-uns qui étaient restés libres, dépendaient de quelque seigneur, soit par naissance, soit par héritage. Le paysan ou le serf n’était pas propriétaire de sa personne, car il faisait partie du glebe ou de la terre, et ne pouvait pas le quitter sans le consentement du seigneur. Son plus grand avantage était peut-être qu’il ne pouvait pas être déraciné du domaine, car il y était lié pratiquement comme un locataire perpétuel.

Économique

Relations feudo-vasales entre individus, qui a plus à voir avec le monde de l’agriculture. Les campagnes étaient dominées par une agriculture de subsistance. Les produits étaient obtenus à petite échelle, à l’aide de techniques agricoles relativement primitives. L’objectif du fief était l’autosuffisance.

Relations avec la guilde. Dans les villes, les guildes (groupements d’artisans) donnaient du pouvoir à l’économie locale et empêchaient l’expansion de la production et du marché : les activités commerciales entre régions et/ou pays étaient fortement limitées, peu de développement technologique, pénurie de capitaux, aucune facilité pour la mobilité des individus.

Religieux

La seule institution européenne à caractère universel était l’Église, mais même en son sein, il y avait eu une fragmentation de l’autorité. Tout le pouvoir au sein de la hiérarchie ecclésiastique était entre les mains des évêques de chaque région.

Le pape avait une certaine prééminence fondée sur le fait qu’il était le successeur de saint Pierre, le premier évêque de Rome, à qui le Christ avait donné la plus haute autorité ecclésiastique. Cependant, la machinerie élaborée du gouvernement ecclésiastique et l’idée d’une Église dirigée par le pape ne se développeront pas avant 500 ans.

L’Église se voyait comme une communauté spirituelle de croyants chrétiens, exilés du royaume de Dieu, attendant dans un monde hostile le jour du salut. Les membres les plus éminents de cette communauté se trouvaient dans les monastères, dispersés dans toute l’Europe et éloignés de la hiérarchie ecclésiastique.

Au sein de l’Église, des tendances aspiraient à unifier les rituels, le calendrier et les règles monastiques, opposées à la désintégration et au développement local.

Parallèlement à ces mesures administratives, la tradition culturelle de l’Empire romain était préservée.

Au IXe siècle, l’arrivée au pouvoir de la dynastie carolingienne marque le début d’une nouvelle unité européenne fondée sur l’héritage romain, car le pouvoir politique de l’empereur Charlemagne dépend de réformes administratives dans lesquelles il utilise des matériaux, des méthodes et des objectifs issus du monde romain disparu.

3.- Qu’est-ce que le Mester de Juglaría ?

Mester signifie métier, donc Mester de Juglaría est le nom donné au métier même des ménestrels, mais aussi à leur manière de composer et de raconter, ainsi qu’à l’ensemble des œuvres qu’ils ont créées.

Les ménestrels

Au XIIe siècle apparaît dans la péninsule une littérature en langue vulgaire. C’était une littérature de transmission orale, elle n’était pas écrite et se composait principalement de poèmes qui narraient les gens sur les places et les châteaux des villages en échange de nourriture, de vêtements ou d’argent.

Ces gens étaient les ménestrels.

Les ménestrels savaient faire d’autres choses que raconter des histoires. Il y avait des acrobates, des funambules, des danseurs et des musiciens ; leur mission était de divertir les gens.

4.- Qu’est-ce que le clergé ?

On l’appelle Mester de Clerecía

A la même époque que le mester de Juglaría, au Moyen Âge espagnol, apparaît une activité poétique religieuse, que l’on appelle mester de clerecía, car il s’agit de productions réalisées par des clercs et des personnes cultivées.

– Il s’agit de poèmes dont l’auteur est connu, et non anonyme comme dans la poésie épique.

– C’est une poésie érudite.

– En général, on utilisait la métrique dite quaderna via, une strophe de quatre vers alexandrins (14 syllabes) divisés en deux hémistiches (7 et 7).

– Ils abordent des thèmes religieux, des vies de Saints, des Miracles de la Vierge et quelques vies de personnages historiques.

– Ils utilisent la langue romane castillane pour porter à la connaissance du peuple les thèmes et textes religieux qui étaient jusqu’alors en latin.

Parmi les principaux représentants, on peut citer Gonzalo de Berceo et l’archiprêtre de Hita, Juan Ruiz.

5.- Qu’étaient les serviteurs de Gleva ?

Les serviteurs du Gleva, c’est-à-dire de la terre, étaient considérés comme des paysans, des agriculteurs, des fermiers, appelés serfs, qui prenaient soin de la terre de son propriétaire, appelé seigneur, recevaient en retour une humble habitation, une petite terre adjacente, quelques animaux de ferme et une protection contre les hors-la-loi et les autres seigneurs.

Les serfs devaient livrer une partie de leur propre récolte en guise de paiement et étaient soumis à de nombreuses autres obligations et taxes.

Ils étaient dépendants de la terre du seigneur.

Ils n’avaient aucune indépendance en dehors de la terre.

Si la terre était vendue, ils entraient également dans le lot.

6.-Qu’est-ce que le féodalisme ?

Le féodalisme est l’organisation sociale, politique et économique basée sur les fiefs en Europe occidentale du 9e au 15e siècle.

Les origines, les idées et les institutions féodales ont des racines allemandes. C’est une conception individualiste de la politique qui s’est développée face au centralisme et au pouvoir absolu des rois.

Le fief est un contrat typique du Moyen Âge par lequel les souverains et les grands seigneurs concèdent des terres ou des rentes en usufruit. Celui qui les recevait était tenu de rester fidèle au donateur comme un vassal.

Bibliographie

www.google.com

www.aldeaeducativa.com

www.monografias/historia/edadmedia/html

www.mitarea.com

Envoyé par:

Alcalá Bermúdez, Angel Daniel

munrra78hotmail.com

Guarenas, 17 mai 2005

Monrra78hotmail.com

Guarenas, 17 mai 2005

Monr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *