Dictionnaire juridique

Playa De Estacionamiento (Ossorio) Lieu, généralement ouvert pour garer (ou stationner, comme l’accepte et donc le recommande l’Académie), les véhicules à moteur, vu l’impossibilité de les garer dans les rues compte tenu de leur nombre considérable circulant dans les villes et des difficultés qu’ils entraînent dans la circulation urbaine. En conséquence, les municipalités ont dû indiquer les rues et les lieux publics, ainsi que les horaires, dans lesquels il est permis de laisser les voitures pour une période déterminée ou indéterminée. Ceci étant insuffisant, les municipalités elles-mêmes, soit directement, soit par le biais de concessions à des associations caritatives ou à des entreprises privées, délimitent de vastes espaces de propriété municipale, souterrains ou en surface, dans lesquels ils peuvent être entreposés moyennant une redevance proportionnelle à la durée du stationnement. Une modalité de ce service public est l’installation, dans des lieux appropriés, d’appareils automatiques appelés parcmètres ou parcomètres, auxquels, en introduisant une certaine somme d’argent, les véhicules peuvent s’approcher et rester stationnés pendant une période de temps que le même appareil enregistre afin de facturer le tarif établi. Généralement, ce dernier système est accordé aux entreprises privées. Cependant, comme tous ces systèmes ne suffisaient pas à résoudre le problème, une nouvelle modalité est apparue, qui a acquis un volume extraordinaire et qui, d’une certaine manière, a fini par résoudre considérablement la question du stationnement urbain : il s’agit de la consécration de la part des propriétaires de terrains situés dans les zones urbaines au stockage transitoire des voitures, en facturant un montant adapté au temps plus ou moins long d’utilisation du service et, parfois, à la taille de la voiture. Ces parcs de stationnement nécessitent l’emploi de personnel qualifié pour la circulation des voitures à l’intérieur. L’utilisation de terrains urbains pour des parkings a ses détracteurs, car, selon eux, elle nuit à l’esthétique de la ville. La doctrine a discuté de la nature juridique de la relation entre le propriétaire de la plage et le parqueur de la voiture, mais la doctrine dominante est que la responsabilité du premier peut être assimilée à celle du propriétaire d’un garage.Plaza (Ossorio) Place spacieuse et large au sein d’une ville, généralement agrémentée d’arbres et de jardins, et entourée de bâtiments publics ou principaux. | Un lieu où l’on vend des produits d’épicerie et où se déroulent les échanges entre voisins et étrangers. | Un lieu fortifié, donc interdit en principe aux civils ou aux paysans. | L’espace, le lieu ou l’endroit qui correspond à une personne dans un établissement, un local ou un véhicule. | Bureau, ministère. | Ville d’importance mercantile. | L’ensemble des marchands ou intermédiaires d’un comptoir commercial. | Le commerce en général. | Marché. | La place, la position, le destin. | Vacancy (Dic. Der. Usual.).

Plazo (Ossorio) Terme ou temps fixé pour une chose. | Expiration du terme. C’est un mot d’usage constant en matière juridique, car il désigne l’espace de temps que la loi parfois, le juge dans d’autres ou les parties intéressées fixent pour l’accomplissement de certains faits juridiques, généralement de nature civile ou procédurale. Couture le définit comme une mesure de temps fixée pour l’accomplissement d’un acte ou pour l’introduction de ses effets juridiques. Au sein de ce concept, il a deux interprétations opposées, puisque parfois il est utilisé pour indiquer le moment à partir duquel une obligation peut être exigée, et d’autres fois pour établir l’expiration d’un droit ou son acquisition. (V. OBLIGATION, PRECRIPTION.) Le terme est aussi la tranche d’une obligation payable en deux ou plusieurs versements. (V. OBLIGATION, DÉLAI.) Le calcul des délais ne comprend pas le premier jour, et le dernier jour doit s’écouler complètement. C’est-à-dire qu’un délai de deux jours convenu ou notifié aujourd’hui comprend demain et après-demain, jusqu’à 24 heures. Si le délai est à l’heure, il est compté d’instant en instant lorsqu’il s’exprime ou à partir du moment de la notification.Term (Cabanellas) Temps ou laps de temps fixé pour une action. son expiration, ou son terme proprement dit. Le temps ou la partie d’une obligation payable en deux ou plusieurs versements. Sur le plan procédural, le délai accordé aux parties pour comparaître, répondre, prouver, alléguer, consentir ou nier lors du procès. CERTIFICAT. Ce qui est certain de s’accomplir ; soit déterminé (31 décembre 2000), soit indéterminé (la mort d’une personne vivante). À L’AVANCE. Période de temps que l’employeur doit accorder au travailleur avant de le licencier, afin qu’il puisse chercher un nouvel emploi pendant cette période, en bénéficiant de la liberté pendant certaines heures de sa journée de travail. Espace de temps pendant lequel le travailleur qui a l’intention de quitter une entreprise doit continuer à travailler, après avoir notifié son intention à son employeur, afin qu’il puisse trouver un remplaçant ou prendre les mesures appropriées. DÉLIBÉRATEUR. Celle accordée à quelqu’un pour que, dans son déroulement, il adopte une attitude résolue. INCERTITUDE. Ce qui souffre d’une incertitude dans la production ou dans le temps. INDÉTERMINÉE OU INDÉFINIE. Un type de terme certain (v.) lorsque le terme n’est pas régi par une date précise, et dépend d’une occurrence plus ou moins éventuelle dans le temps. JUDICIAIRE. Celle fixée par le juge dans l’exercice de son pouvoir discrétionnaire ou en vertu d’une disposition expresse des lois de procédure. (v. Terme juridique.) LEGAL. Ce qui est établi par la loi, une coutume valide, un règlement ou une autre disposition générale.

Term Espace de temps accordé pour effectuer un certain acte. Elle est légale si elle est accordée par la loi, judiciaire, celle indiquée par la Cour, et conventionnelle celle librement établie par les parties//Durée ou espace de temps accordé aux parties pour répondre ou prouver ce qui est exposé et nié dans le procès.Term (Couture) I. Définition. Mesure de temps prévue pour l’accomplissement d’un acte ou pour la production de ses effets juridiques. (Voir terme). II. Exemple.  » Il peut également être stipulé dans le compromis… le délai dans lequel les arbitres doivent prononcer le jugement  » (CPC., 545). III. Index. CPC, 195, 295, 335, 348, 492, 507, 521, 545, 573, 576, 577, 634, 691, 719, 922, 934, 1069, 1071, 1206, 1247, 1253, 1258, 1259. IV. Étymologie. Ce mot vient du verbe latin placeo, -ere « aimer » (« plaisir ») ou « trouver ou considérer comme bon ». La forme passive placitum est, était utilisée comme impersonnelle avec le sens de « il semble bon que », d’où « il a été décidé que », devenant la formule habituelle pour l’en-tête des résolutions de l’État et des juges. Par cet usage, le sens de « décidé, fixé » a été fixé pour le mot placitum, et la date fixée pour une procédure judiciaire, voire la procédure judiciaire elle-même, a été ainsi dénommée. En espagnol, on trouve la suite plazo, à l’origine  » date fixée par un juge « , qui est passée dans la langue commune avec le sens général de  » date fixe « , et d’autre part, on a également pris le dérivé provençal plait, qui a donné pleito  » procédure judiciaire « . V. Traduction. Français, Délai ; Italien, Termine ; Portugais, Prazo ; Anglais, Term ; Allemand, Frist.Plazo Cierto (Ossorio) Ce qui est fixé pour finir dans une certaine année, un certain mois, ou un certain jour, ou pour commencer : desdee la date de l’obligation ou autre date certaine. (V. TERME INCERTAIN.) C’est aussi un terme certain, mais non à la date, celui que précise un événement de production inévitable, tel que le décès d’une personne déterminée, qui produit, par exemple, l’extinction d’une rente viagère.Délai de citation (Ossorio) Délai dans lequel une personne ayant reçu une citation doit comparaître devant une autorité judiciaire ou administrative (v.).Termine (Ossorio) Celle qui contient une date expresse et la menace de quelque préjudice si la personne ne procède pas de la manière indiquée.Terme conventionnel (Ossorio) Le terme fixé par accord des parties.Période de repentance (Ossorio) Période pendant laquelle un contractant peut se repentir de l’acceptation donnée au contrat.

Term de faveur ou de grâce (Ossorio) Prolongation libérale d’un créancier, après l’échéance.Plazo De Las Obligaciones (Ossorio) V. OBLIGATION DE TERME.Terme délibératif (Ossorio) Ce qui est accordé pour que, en son sein, soit adoptée une attitude, créatrice ou résolutoire de droits, au bénéfice de la délibération (v.).Terme de préavis (Ossorio) V. PREAVISO.Terme déterminé (Ossorio) Variété de terme certain (v.) dans laquelle la date complète du début et celle du terme sont indiquées.Terme dilatoire (Ossorio) Dans les négociations privées ou publiques, avec des arguments ou des prétextes très divers, remise à une date ultérieure des délibérations ou des tractations, dans le but de gagner du temps et de convertir un refus en un refus perpétuel ou dans l’attente de nouvelles circonstances favorables. Parfois, avec cette habileté ou cette malice, on surprend la bonne foi des autres et on obtient une prescription favorable à la manœuvre dilatoire. Pour Plácido e Silva, peu convaincant dans la spécification de l’espèce des termes, le dialtorio est celui qui est extensible quand déjà depuis son initiation il a été étendu par rapport à la durée normale ou minimale.Terme extinctif (Ossorio) Ce qui produit la perte ou l’extinction d’un droit. (V. PRESCRIPTION EXTINCTIVE.)Terme fatal ou improrrogable (Ossorio) Ce qui n’admet pas d’extension par la loi ou par l’autorité.Terme incertain (Ossorio) Terme fixé par rapport à un événement futur, qui peut ne pas se produire ou être variable dans le temps. Par exemple, tant qu’une personne n’est pas mariée, comme les pensions accordées aux filles d’une famille. (V. TERME CERTAIN.)Terme indéterminé ou indéfini (Ossorio) Variété de terme certain (v.) lorsqu’il n’est pas régi par des dates exactes, mais soumis à un événement de production variable, comme le paiement à la fin de l’impression totale d’une œuvre.Terme judiciaire (Ossorio) Ce qu’un juge ou un tribunal nomme en fonction des pouvoirs des lois de procédure.Terme juridique (Ossorio) Ce qui est fixé par la loi, le règlement ou toute autre disposition générale. Il s’oppose au terme conventionnel et judiciaire (v.).Terme péremptoire (Ossorio) Terme péremptoire (v.).Temps péremptoire (Ossorio) Période probatoire normale ou prolongée (v.), pour la pratique correspondante des mesures pertinentes.Terme prolongé (Ossorio) Le terme prolongé (v.).Plazo Resolutorio (Ossorio) Ce qui emporte l’extinction ou l’expiration d’un droit. (V. TERME SUSPENSIF.)Terme suspensif (Ossorio) Celui qui, à son expiration, est à l’origine de la naissance du droit jusqu’alors expiré. (V. TERME RESOLUTOIRE, TERME SUSPENSIF.)

Plébano Ou Plebano (Ossorio) Parson (v.).Plébé (Ossorio) A Rome, groupe politique et social formé par les plébéiens (v.). | À partir du Moyen Âge, l’État commun (v.). | Populacho (v.).Plébiens (Ossorio) Dans l’ancien droit romain, on appelait plébéiens, par signe négatif, tous ceux qui ne faisaient pas partie du patriciat, composé tour à tour de patriciens (v.) de naissance, et de clients (v.). Les plébéiens, dit Sanchez Viamonte, ne faisaient pas partie de la ville du point de vue politique, étant considérés comme des étrangers. Au début, ils n’avaient pas le ius honorum, le ius suffragi, le commercium, le connubium et le testamenti factio (v.), mais au cours de la période républicaine, et à la suite des luttes constantes entre patriciens et plébéiens, ces derniers ont progressivement conquis tous ces droits, aussi bien ceux de nature publique (y compris les plus hauts grades sacerdotaux) que ceux de nature privée. On peut dire que l’égalité juridique absolue a été atteinte en 254 avant Jésus-Christ. (V. CONSUL, EDIL, TRIBUNE.) A l’heure actuelle, le nom de plébéien, c’est-à-dire qui appartient à la plèbe (v.) ou qui lui appartient, n’a aucune signification juridique ; il n’est utilisé que dans un sens péjoratif pour désigner des actes ou des pensées de bas étage.Plebiscito (Cabanellas) Dans la Rome antique, décret ou loi plébéienne votée par le peuple convoqué par les tribus, proposée par un magistrat populaire (le tribun de la plèbe) et en délibération séparée des patriciens et des sénateurs. Ces plébiscites ou lois populaires n’étaient d’abord contraignants que pour les plébéiens, puis, au fur et à mesure de leur influence, ils sont devenus contraignants pour les patriciens également. En droit politique moderne, consultation directe du peuple sur une mesure fondamentale ou sur son désir d’indépendance ou d’annexion. Aussi, manifestation organisée par les pouvoirs dictatoriaux pour prouver ou prétendre, en l’absence d’élections, que le peuple soutient leur politique ou la personne de leur dirigeant. En Suisse, il est utilisé comme synonyme de référendum (v.).Plébiscite Consultation que les pouvoirs publics soumettent à un vote populaire direct pour l’approbation ou le rejet d’une proposition particulière sur la souveraineté, la citoyenneté, les pouvoirs exceptionnels, etc.Plébiscite (Ossorio) Dans la Rome antique et à l’époque de la république, les décisions de l’assemblée de la plèbe ou concilium plebis, qui agissait groupée par tribus et en vertu de la convocation du tribun, étaient appelées plebiscitum. | En langage moderne, explique Posada, ce nom est donné aux résolutions prises par tout un peuple avec une pluralité de voix et qui représentent les actes de volonté populaire par lesquels le peuple exprime son opinion sur un fait concret de sa vie politique. Certains auteurs établissent une certaine identité entre le plébiscite et le référendum, mais le plus souvent on considère que le plébiscite représente l’élément propulseur de l’activité interne constitutionnelle (comme lorsqu’il a pour objet l’adhésion à une certaine forme de gouvernement, la désignation de la dynastie ou de la personne qui doit la gouverner, etc.) tandis que le référendum est une institution constitutionnelle qui travaille pendant l’exercice de la Constitution elle-même, comme pour ratifier les lois approuvées par le corps législatif.

Plébiscite international (Ossorio) Acte par lequel les habitants d’un territoire expriment, par le vote, leur consentement ou leur opposition à l’attribution, à un autre État, du territoire qu’ils habitent (Pfirter de Armas). Ce procédé fut utilisé en diverses occasions, notamment, comme le signale l’auteur précité, dans le traité de Madrid de 1526, par lequel François Ier de France céda la Bourgogne à Cralos d’Espagne ; dans l’annexion des évêchés de Toul, Metz et Verdun, faite en 1552 par Henri II de France ; dans l’annexion des évêchés de Toul, Metz et Verdun, faite en 1552 par Henri II de France ; dans l’annexion du comté de Ville de France, faite en 1552 par Henri II de France ; dans l’annexion des comtés de Venesino et d’Avignon en 1791 et de la Savoie, de la Mulhouse, du Hainaut et de la Reine en 1792 ; dans la launification italienne de 1860 à 1870, et en France à l’occasion des acquisitions territoriales de la Savoie et de Nice en 1860 et de l’île de Saint-Barthélemy en 1877. À une date plus proche, le plébiscite international a été utilisé : dans la Sarre en 1935, en conséquence du traité de Versailles, signé quinze ans plus tôt ; lors du transfert à l’ex-URSS de l’Ukraine transcarpatique en 1945, ainsi que de l’adhésion de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie à l’ancienne Union soviétique, en 1950.Pleiteador P Pleitista (Ossorio) Friand de poursuites judiciaires pour n’importe quelle raison. | Un spécialiste de la prolongation des procès qui ne lui sont pas favorables.Pleiteer (Couture) I. Définition. Procès ; processus ; litige. (Voir ces mots). II. Exemple.  » L’acte public cassé ou annulé dans une partie substantielle…, ou dans ce qui se rapporte au plaito ne fait pas foi  » (CPC., 359). III. Index. CPC., 61, 140, 141, 147, 149, 154, 159, 171, 224, 259, 315, 319, 320, 337, 359, 388, 410, 449, 466, 487, 490, 677, 678, 746, 784, 786, 787, 788, 793, 797, 806, 820, 848, 854, 1094, 1136, 1200, 1289, 1292, 1293. IV. Étymologie. Voir le terme. V. Traduction. Français, Litige ; italien, Lite ; portugais, Pleito ; anglais, Case, lawsuit, litigation ; allemand, Rechtsstreit.Pleito Cause contentieuse devant les tribunaux. Litiges. Discussion.Pleito (Ossorio) De son étymologie latine, sentence ou décret. | Litige judiciaire entre les parties. | Plus strictement, une cause ou un procès de nature contentieuse devant la juridiction civile. | Controverse. | En attente. | Anciennement, pacte, accord, ajustement (Dic. Der. Usuel.). (V. JUGEMENT et espèces, PROCESSUS et classes.)

Pleito (Cabanellas) Étymologiquement, sentence, décret. Litige judiciaire entre les parties. Plus strictement, cause ou procès de nature contentieuse devant la juridiction civile. Dispute, controverse. Querelle, querelle. Anciennement, pacte, accord, contrat, ajustement, traité. CIVIL. Débat contentieux devant la juridiction ordinaire sur la propriété ou la possession de biens, la validité des obligations, le statut matrimonial, les pensions alimentaires et autres questions familiales, les héritages et les successions.LITIGES CIVILS (Ossorio) Procès contentieux devant la juridiction ordinaire, sur les biens et les droits réels, sur l’état civil et les affaires familiales, en relation avec les obligations et les contrats, les successions ou les questions de responsabilité civile. (V. JUGEMENT CIVIL.)Pleito Criminal (Ossorio) procès pénal (v.).Pleito De Cedula (Ossorio) Dans les chancelleries du XVIe au XVIIIe siècle, cause entendue devant deux ou plusieurs chambres, et devant le président de cette cour.Pleito Homenaje (Ossorio) Pendant la féodalité, serment solennel de fidélité et de service au roi ou à un seigneur.Plena Fe (Couture) I. Définition. Une mesure d’efficacité de la preuve consistant à accorder une croyance complète à celle qui découle d’un document ou d’une déclaration, rendant inutile toute autre preuve sur le sujet. II. Exemple. « … Tout acte public est un acte authentique, et comme tel, il est de pleine foi  » (CC., 1574). III. Index. CPC, 352, 352, 353, 356, 357, 359, implicitement. IV. Étymologie. Pleno est un dérivé cultivé du latin plenus, -a, -um « plein, entier », dont le dérivé populaire est précisément plein. Voir aussi : Foi. V. Traduction. Voir la foi.Epreuve plénière (Couture) I. Définition. Une foi totale. (Voir ce mot). II. Exemple.  » Les dépêches ou titres émis par le Gouvernement et ses principaux Agents font également foi  » (CPC., 351). III. Index. CPC., 350, 351, 434. IV. Étymologie. Voir Pleine foi ; Preuve. V. Traduction. Voir Pleine foi ; Preuve.Plenario (Ossorio) Deuxième partie du procès pénal, qui commence lorsque la première partie se termine, c’est-à-dire le résumé (v), à condition qu’un acte d’accusation ait été émis. La plénière commence par donner une audience du résumé au parquet et au procureur privé, afin qu’ils puissent se prononcer sur son bien-fondé, ainsi qu’à la défense, afin qu’elle puisse présenter sa défense, et se termine par la sentence. Dans certaines législations, la séance plénière se déroule oralement devant la cour collégiale, tandis qu’en Argentine, le résumé, traité par le juge d’instruction, passe au juge unique pour la condamnation, sans préjudice de l’appel possible devant la chambre d’appel. (V. ACCORD PLÉNIÈRE.)Plénière (Cabanellas) Pleine, pleine, entière. Réalisé. En matière de procédure, un procès dans lequel le droit et les revendications des parties sont traités plus longuement ; comme dans le procès du montant le plus élevé. (v. Plenary trial.) En procédure pénale, la phase qui suit le résumé ou le sommaire et dans laquelle sont formulées les charges et les défenses.Plénière Le procès civil, d’une procédure large, sans limitation d’allégations et de preuves, par opposition au procès sommaire, dans lequel il y a une limitation de son objet, et par conséquent une portée moindre dans la résolution judiciaire. Dans le processus pénal, il s’agit de la véritable phase procédurale, dans laquelle l’accusation et la défense sont formulées, et qui n’est franchie que si la procédure préparatoire ou sommaire apporte des preuves suffisantes pour l’ouverture du procès oral.Plenipotence (Ossorio) Autorisation de nature générale ou spéciale que les chefs d’État confèrent aux représentants diplomatiques ou aux agents spéciaux afin qu’ils puissent, en leur nom et pour leur compte, conclure des traités ou des accords internationaux.Plenipotentiaire (Ossorio) Dans les négociations entre États, le représentant agissant avec un pouvoir plénipotentiaire (v.). | Ministre plénipotentiaire (v.), en tant que catégorie du corps diplomatique (v.).Plénière (Ossorio) Terminée. | Avec la présence et la délibération de tous ses membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *