Diagnostic médical

Accueil  » Connaissances de base « Diagnostic médical
Auteur : Redacción Ejemplode.com.

Le diagnostic vient du grec diagnostikós, qui signifie « par la connaissance » (du préfixe día-, « par », et gnosis, « connaissance » ou « apte à connaître »). Le diagnostic médical est une procédure par laquelle on vise à identifier une maladie (donner un nom à une souffrance) ou à diagnostiquer un état de santé général du patient afin de trouver un traitement approprié pour le traitement de la même, il est également connu sous le nom de propédeutique clinique.

Pour atteindre le diagnostic médical est nécessaire d’avoir des connaissances scientifiques étendues et un grand domaine dans le domaine de la médecine. Pour l’élaborer, on peut recourir à plusieurs méthodes : il peut s’agir de connaître simplement le contexte (c’est-à-dire les antécédents médicaux) et les symptômes du patient, ou de recourir à des examens physiques, ou à des études plus spécifiques, en fonction de la gravité ou de la profondeur du problème, comme des études de laboratoire, des radiographies, etc.

Il existe différents types de diagnostics à prendre en compte lors d’une anamnèse approfondie.

Types et exemples de diagnostics médicaux :

Diagnostic signologique :

S’attache à l’étude des signes vitaux et de la symptomatologie du patient. Un signe est une manifestation mesurable.

Exemple : la température corporelle d’un individu qui peut indiquer une fièvre.

Diagnostic syndromique :

C’est la détection d’un syndrome, qui sont caractérisés par le fait d’avoir un développement de symptômes communs.

Exemple : le syndrome d’Asperger

Diagnostic anatomotopographique :

Il s’agit de l’identification d’une composante anatomique altérée, c’est-à-dire d’organes ou de tissus blessés ou endommagés.

Exemple : thrombose de l’artère cérébrale moyenne gauche.

Diagnostic paraclinique :

Il est obtenu par l’interprétation des études d’imagerie ou des résultats de laboratoire.

Exemple : résultats obtenus par radiographie, scanner, échographie, IRM, électrocardiogramme et études de laboratoire.

Diagnostic anatomopathologique :

Il est obtenu par l’interprétation de biopsies ou de nécropsies.

Exemple : cellules cancéreuses retrouvées dans une biopsie de kyste ovarien.

Diagnostic étiologique :

Détermine les causes de la maladie, s’appuie sur des études de laboratoire pour la vérification.

Exemple : une culture pharyngée qui aboutit à l’existence et à la croissance de certaines bactéries.

Diagnostic différentiel:

Résultat obtenu après comparaison critique et scientifique des signes et symptômes les plus courants avec d’autres maladies.

Exemple : dans le cas de symptômes de douleurs abdominales généralisées, les diagnostics différentiels seraient une gastrite, une gastro-entérite, une colite, une occlusion intestinale, etc.

Diagnostic social :

Décrire la situation sociale de l’individu. Souvent, elle n’est pas effectuée par le médecin, mais par un travailleur social. Son objectif est de découvrir les facteurs de risque afin d’effectuer une intervention appropriée.

Exemple : une mauvaise alimentation et des ressources économiques très limitées permettent de diagnostiquer la malnutrition.

Diagnostic intégral:

Le diagnostic holistique, est le plus précieux car il englobe tous les éléments précédents. Elle prend en compte tous les facteurs, a une approche universelle et se concentre sur la fourniture d’une solution précise.

Exemple : n’importe quelle affection peut être diagnostiquée à l’aide de cette approche.

Bien qu’aujourd’hui, la technologie et les progrès médicaux apportent beaucoup de bénéfices dans la précision des diagnostics médicaux, ils posent certains problèmes, car elle dépend en grande partie de la qualité des observations du médecin, c’est-à-dire qu’elle dépend d’une perception personnelle. Il s’agit d’une question délicate car les négligences et les erreurs médicales peuvent avoir des répercussions sur la santé et la vie des malades. Certains problèmes de diagnostics peuvent être un diagnostic tardif, un diagnostic manqué, un diagnostic générique, un diagnostic inexact, un diagnostic de mode ou un surdiagnostic, entre autres.

Pour cette raison, et selon le cas, il y a des personnes qui préfèrent aller vers un deuxième avis quand il s’agit de leur santé, car un mauvais diagnostic apporte un traitement incorrect de la maladie ; ou le même diagnostic lui-même peut fortement affecter l’état psycho-émotionnel du patient, nécessitant l’aide d’un spécialiste.

Il convient de mentionner qu’il existe également d’autres facteurs externes qui influencent et doivent être pris en compte au moment du diagnostic, comme l’environnement socio-démographique du patient ; de même, la relation médecin-patient crée un lien de confiance entre eux qui affecte le diagnostic. De même, il est utile de disposer d’un dossier médical en un seul endroit, plutôt que de consulter un professionnel de la santé à la fois, et de pouvoir ainsi établir un historique clinique qui facilite le diagnostic de toute complication future.

Cité APA : (A. 2015,05. Diagnostic médical. Magazine Ejemplode.com. Consulté le 05, 2015, à partir de https://www.ejemplode.com/53-conocimientos_basicos/4103-diagnostico_medico.html)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *