Décider de faire une différence en tant que disciple de Jésus (leçon 10 – niveau 4)

Quand Dieu agit dans nos vies, nous faisons une différence au milieu de la société

Si quelque chose faisait pétiller ses yeux avec la même ardeur qu’un chat en plein ménage par une nuit noire, c’était de voir du sang couler.

Quelque chose qui l’attirait puissamment et le faisait se sentir maître de la vie, comme un dieu.

Felipe se vantait avec ses amis, réunis dans le même coin de quartier comme toujours, de six heures du soir jusqu’à ce que le froid l’oblige à rentrer chez lui :

« Je l’ai obligé à être à genoux. Il m’a supplié, que sa femme, que ses enfants, que je ne les laisse pas orphelins. Et moi, rien. Vous mourrez. Et le coup de feu. Et le regarder tomber. Vous ne pouvez pas imaginer. Et demain, achetez le journal pour le voir », a-t-il raconté en insistant sur les détails.

D’une prison ? Il a dit que c’était le refuge des lâches. « Le jour où c’est mon tour, je meurs. D’abord sous trois mètres de terre plutôt qu’enfermé dans une cage », dit-il avec cette peur qui ne cache jamais l’enfermement.

Les armes qui le passionnent. Il changeait de modèle et de marque, comme quelqu’un qui achète un téléphone portable.

Chaque peso qu’il gagnait en commettant des crimes et des vols était destiné à la drogue. Un cercle vicieux qui ne s’est jamais terminé. Une spirale sans fond. Un trou dans l’infini.

Se lever le matin, commettre sa crapulerie, drogué et euphorique, proclamer parmi ses connaissances des actions criminelles et puis dormir, dans cette succession sans fin d’images cauchemardesques.

Il a été capturé un samedi, alors que l’après-midi tombait et qu’il s’apprêtait à passer une soirée, accompagné d’une jeune femme rencontrée dans un restaurant.

Avant de quitter sa chambre, il a pratiqué plusieurs passes de danse, notamment le merengue, celui qu’il aimait le plus. Deux agents l’ont retenu. Il n’a pas eu le temps de dire quoi que ce soit. Il est tombé sur le sol. Il a crié, et en moins de temps qu’il ne l’aurait imaginé, il était dans une cellule, étroite, humide, avec des inscriptions, des numéros de téléphone et des noms partout.

Cette prison sera sa maison pendant plus de sept ans, sur les vingt-cinq auxquels il a été condamné pour ses innombrables crimes.

Le temps du changement est venu

Le changement, cependant, est arrivé six mois après avoir été enfermé. Il a reçu la visite d’une femme qui lui a parlé de Jésus-Christ et il a fini par prier la prière de la foi, plus par désespoir et pour l’encourager à partir, que par désir sincère de changer sa vie.

Mais ces simples mots, ont marqué une transformation dans sa vie. Il ne pouvait plus consommer de cocaïne comme avant, cela n’avait aucun effet et refusait, malgré l’insistance de deux codétenus, de continuer à vendre des hallucinogènes.

Une force qu’il ne pouvait expliquer, l’empêchait.

Il s’est même mis à lire la Bible. Maintenant, il ne dépendait plus de ses efforts mais de Dieu. Et quand il y pensait le moins, il priait. À la recherche de ce même Seigneur Jésus qu’il a si souvent rejeté.

Pendant plus de cinq ans, alors qu’il était encore sous le coup d’une peine, il a fait la différence parmi ses pairs. Avec les actes, il a prouvé que l’environnement n’est pas, en fin de compte, ce qui façonne le comportement d’une personne. Que chaque personne peut définir si elle agit selon les paramètres du monde. Sorti de prison, il continue à prêcher, dur, désireux de ne pas perdre une seule seconde, conscient que chaque minute vaut de l’or.

Les mêmes produits, des étiquettes différentes

Lorsque je fais des courses avec ma femme Lucero, nous comparons d’innombrables produits qui ont la même composition physique et chimique, qui génèrent les mêmes effets, mais qui sont présentés avec des étiquettes différentes.

Le prix dépend de l’entreprise – nationale ou étrangère – qui les produit. En outre, ils annoncent souvent des ajouts et des composants qui potentialisent l’article pour le plus grand bénéfice des utilisateurs. Pourtant, lorsqu’ils sont testés, il est corroboré que rien n’a été modifié.

Cela vous dit quelque chose ? C’est certainement le cas. En allant un peu plus loin, nous entrons qu’une dynamique similaire se produit chez des dizaines d’hommes et de femmes à travers le monde.

Dans leur désir de changer et de connaître une croissance dans les sphères personnelle et spirituelle, ils ont recours à toutes sortes de courants pseudo-religieux ou philosophiques.

Ils suivent avec enthousiasme des cours de perfectionnement, ils se disent « Merveilleux. Ma vie ne sera plus jamais la même ! »

Ils accompagnent leurs affirmations de sourires confiants comme dans les publicités pour le dentifrice à la télévision. Après un certain temps, ils découvrent que rien n’a changé et qu’ils sont toujours les mêmes personnes, avec les mêmes attentes que d’habitude. Les mêmes produits avec des étiquettes différentes.

Appelés à faire la différence

Aucun être humain n’est appelé à rester à un niveau statique ; au contraire, un principe dynamique repose sur le fait que les hommes et les femmes – quel que soit leur statut social, culturel ou économique – sont appelés à grandir, à évoluer. Avancer vers de nouveaux sommets.

Si nous sommes disciples du Seigneur Jésus, ce que les autres attendent, et ce qui constitue la logique, c’est que nous vivions des changements dans notre façon de penser et d’agir.

Notre Sauveur bien-aimé l’a enseigné en termes pratiques :  » Vous êtes la lumière du monde. Une ville au sommet d’une colline ne peut être cachée. On n’allume pas non plus une lampe pour la couvrir d’une boîte. Au contraire, on la pose sur la cheminée pour donner de la lumière à tous ceux qui sont dans la maison. » (Matthieu 5:14, 15. NIV)

Le sel et la lumière sont deux composants qui transforment. Et c’est justement ce que vous et moi devons être, des agents de changement où que nous soyons.

Plus que d’être influencés par l’environnement, nous devons jouer un rôle actif et prépondérant : influencer le monde qui nous entoure.

C’est un processus qui repose sur deux piliers : penser et agir différemment du commun des mortels, en prenant comme point de référence le moment où nous décidons de changer. Ce principe a été mis en évidence par le Maître lorsqu’il a dit : « Que votre lumière brille devant tous, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et louent le Père qui est dans les cieux » (Matthieu 5:16, nouvelle version). (Matthieu 5:16, Nouvelle version internationale)

Le deuxième aspect à considérer est que si nos attitudes ne sont pas différentes de ce qu’elles étaient auparavant, il n’y a pas eu de changement et donc, nous ne faisons pas de différence. Nous sommes les mêmes produits avec une étiquette différente.

Qu’est-ce qui influence votre vie ?

Tout ce qui nous entoure exerce une influence puissante sur notre être si nous le permettons. Si nous nous nourrissons du mal du monde, nous cultiverons le mal dans notre cœur, et bien sûr, nous travaillerons le mal. D’où la nécessité de mettre un filtre sur les informations que nous recevons et traitons dans l’esprit.

L’axiome est simple : nous agissons en fonction de ce que nous pensons, et nous pensons en fonction des informations que nous nichons dans le cœur. Le roi David l’a exprimé de manière pratique lorsqu’il a écrit : « Heureux l’homme qui ne suit pas le conseil des méchants, et qui ne demeure pas dans le chemin des pécheurs… » (Psaumes 1:1 a, Nouvelle version internationale)

Une société comme la nôtre, régie par le péché, légitime le péché. Cela lui semble normal. Cette réalité nous dicte de développer deux éléments clés dans notre existence : le sens de la justice, et le principe de droiture.

Le premier nous aide à mettre tout ce que nous concevons ou faisons dans la balance, et le second nous permet de marcher en accord avec ce que Dieu attend de nous.

Ensemble, les deux nous aident à ne pas aller dans la direction où tout le monde va vers le chaos personnel et social. En d’autres termes, c’est commencer à faire la différence. Arrêtez d’être des produits égaux avec des étiquettes différentes.

« Dis-moi avec qui tu marches… et… »

En dehors des réprimandes pour mon hyperactivité, je dois à ma grand-mère Melida une bonne partie des enseignements qui se sont révélés précieux dans mon quotidien. L’un d’entre eux est un dicton très populaire en Amérique latine :  » Dis-moi avec qui tu traînes et je te dirai qui tu es. « 

Le roi David l’a exprimé en d’autres termes qui ont un sens profond :  » …ni cultiver l’amitié des blasphémateurs… « . (Psaumes 1:1 b)

Les amitiés doivent être soigneusement évaluées. Si quelqu’un m’incite et même, génère des conditions propices à ce que nous fassions le mal, nous ne pouvons pas considérer qu’il s’agit d’une amitié correcte et véritable.

C’est le genre de personnes dont – sans couper carrément la possibilité de parler – nous devons nous éloigner. Bien que cela puisse sembler trop radical, c’est l’attitude qui aide dans ces cas-là.

Prenez le cas de George Albert, un homme converti à Jésus-Christ passé l’âge de quarante ans. Sa femme priait pour lui depuis longtemps. C’était extrêmement difficile : il était un ivrogne, un coureur de jupons, un athée imbu de lui-même et un complexe de supériorité qui le suivait comme une ombre, ne lui permettant pas d’agir de manière équilibrée.

Lorsqu’il a tourné les yeux vers Dieu, il a connu un changement hautement positif.

Au moment où il progressait dans sa croissance personnelle et spirituelle, ses amis d’antan l’ont invité – encore et encore – à faire la fête. Il les a écoutés de bon gré. Il les fréquentait encore.

Il a fini par céder à la tentation et est redevenu l’ancien buveur qu’il était. Il aurait pu éviter une chute spirituelle si seulement il s’était détourné à temps de ceux qui, se disant ses amis, le pressaient de revenir sur sa marche chrétienne. N’oubliez pas : nous devons faire la différence.

Assumer de nouveaux principes de vie

Il y a quelques jours, l’ordinateur portable de la maison a été victime d’un virus. De nombreuses photographies, des notes effilochées pour de futurs articles et écrits ont été perdues.

Ce qui est drôle, c’est que le technicien des systèmes m’a regardé avec un large sourire et m’a dit :  » Pas de quoi s’inquiéter. Qui plus est, l’appareil dispose d’une mémoire suffisante pour y incorporer de nouveaux programmes qui vous seront extrêmement utiles. »

Cet incident me vient à l’esprit lorsque je vois ce principe dans les Écritures : « …mais dans la loi du Seigneur il se complaît, et jour et nuit il la médite… » (Psaumes 1:2).

Il est essentiel d’incorporer dans notre vie de nouveaux schémas de pensée qui – ancrés dans la Bible – produiront des changements dans notre être. Nous aurons un effet positif. Nous allons penser et agir différemment. Base de la croissance personnelle et spirituelle.

Lorsqu’une transformation s’opère dans notre être, deux choses se produisent : d’une part, notre intimité avec Dieu et nos relations interpersonnelles s’améliorent, et d’autre part, des bénédictions arrivent dans notre vie d’en haut : « Il est comme un arbre planté au bord d’un fleuve, qui, le moment venu, porte des fruits et dont les feuilles ne se flétrissent jamais ; tout ce qu’il fait prospère ! ». (Psaumes 1:3)

Tous les êtres humains peuvent changer, non pas par nos propres forces mais par celles de Dieu.

Avec l’aide du Seigneur Jésus-Christ, nous pouvons le faire. Il nous accompagne tout au long du processus. Il guide et fortifie chacun d’entre nous. Mais le premier pas est de le recevoir dans notre cœur, d’ouvrir les portes d’une existence renouvelée. Pris par sa main, nous pouvons être des hommes et des femmes qui font la différence.

Questions pour votre auto-évaluation alors que vous avancez en tant que Disciple de Jésus :

Nous vous invitons cette semaine à revoir la Leçon et à répondre aux questions suivantes, qui vous aideront à approfondir les enseignements et à les rendre pratiques dans votre vie quotidienne :

a.- Avez-vous déjà réfléchi à l’importance de l’état de Disciple de Jésus dans votre vie ? Avez-vous déjà pensé à l’importance de donner l’exemple avec votre vie d’une manière qui a un impact sur les autres personnes ?

b.- Y a-t-il quelque chose qui vous distingue des autres personnes, maintenant en tant que chrétien ?

c.- Qu’y a-t-il dans votre vie que vous aimeriez changer ?

d.- Qu’est-ce qui vous a empêché de vivre la même chose dans votre vie ? Qu’est-ce qui vous a empêché de vivre le changement personnel, spirituel et familial auquel vous aspirez ?

e.- Selon le Seigneur Jésus, qu’est-ce que nous, chrétiens, sommes appelés à faire (Matthieu 5:14, 15) ?

f.- Pouvez-vous dire que votre vie a un impact sur les personnes qui vous entourent ?

g.- Qu’enseigne la Bible sur le fait de se détourner du mal (Psaume 1:1) ?

h.- De quelles manières le mal pourrait-il nous affecter ? De quelles manières les mauvaises amitiés pourraient-elles nous affecter ?

i.- Quel rôle joue la méditation quotidienne dans la Bible pour expérimenter des changements dans nos pensées et nos actions (Psaumes 1:2) ?

j.- Qu’est-ce qui résulte de la marche dans la fidélité à Dieu (Psaumes 1:3) ?

Par : Fernando Alexis Jimenez

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *