Coljuegos a publié un projet de réglementation du jeu de grattage « scratch off »

Coljuegos a répondu le 19 février dernier aux propositions envoyées par les associations pour soutenir les opérateurs de jeux situés sous le numéro de dossier 20211200062601, en tenant compte des effets générés par la pandémie de Covid-19, dans les diverses modalités de jeux de chance et de hasard.

De cette façon donc, Coljuegos, pour la première proposition qui cherchait à élargir la possibilité de diminuer les éléments de jeu des contrats de Conseción des jeux localisés pendant toute l’année 2021.

Coljuegos a précisé qu' »il ne peut pas prolonger ledit avantage sur la base du fait d’être le régulateur des jeux, puisque la norme juridique ne permettait que la durée de six mois. »

Toutefois, sur la base de l’article 11 de la résolution n °. 20182300011754 de 2018, les opérateurs de jeux de chance et de hasard localisés, où il est établi que les opérateurs peuvent demander la diminution des éléments de jeu, à condition qu’ils se trouvent devant une  » Situation imprévisible et irrésistible qui les empêche de la continuité de l’exploitation des éléments de jeu dans un certain loca… « . »

Et l’ANDJE (Agence Nationale de Défense Juridique de l’Etat) a établi que la pandémie par le COVID-19, « Constitue un fait survenant, extraordinaire et exogène qui a affecté de manière significative la vie économique et sociale du pays et qui a forcé l’adoption de décisions qui affectent l’exécution des contrats. »

Ce qui permet à Coljuegos de compléter enfin sa réponse en affirmant que, « dans ce sens, la pandémie peut bien être considérée comme l’un des faits décrits au numéral 1 de la norme transcrite » à l’article 11 de la résolution nº. 20182300011754.

C’est un avantage qui permet aux opérateurs d’adapter les mesures d’isolement sélectif, et les protocoles de biosécurité, lorsque la capacité des joueurs et le temps qu’ils passent dans les locaux sont considérablement réduits. Car dans de nombreuses municipalités ou localités, les casinos ne peuvent toujours pas ouvrir 24 heures sur 24 par des mesures telles que le couvre-feu.

Mais pour les opérateurs peuvent alors accéder à cet avantage, doit prendre en compte que pour chaque cas doit d’abord demander la restauration des éléments du jeu à l’état antérieur, dans les 15 jours ouvrables avant l’expiration des 6 mois du bénéfice de la réduction. Et après avoir rétabli l’état des éléments du jeu, pourra alors demander la suppression de ceux-ci conformément aux dispositions de l’article 11 de la résolution susmentionnée.

Toutefois, la modification demandée sera possible tant qu’elle n’affectera pas le nombre minimum d’éléments autorisés par les locaux et le contrat.

En ce qui concerne la réduction du taux fixe pour les tables de jeux et les bingos au cours de l’année 2021, Coljuegos, n’a PAS le pouvoir d’émettre des règlements ayant force de loi, et il ne lui est donc pas possible de modifier pour l’année 2021 le tarif des droits d’exploitation dans la modalité des jeux localisés, dans les éléments des tables de jeux et des bingos, puisque les tarifs sont expressément réglementés par l’article 34 de la loi 643 de 2001 et d’autres normes connexes.

Maintenant, les associations ont également demandé que « les éléments de jeu qui déclarent un taux fixe, ne le fassent QUE pour les temps d’exploitation des éléments ».

Cette demande a été soulevée à la vice-présidence du développement organisationnel, qui a répondu que  » la liquidation suggérée dans les jeux localisés, est faite sur la base des éléments autorisés par le bureau juridique, en appliquant les taux établis dans l’article 34 de la loi 643 de 2001, ses modifications et conformément à ce qui est convenu dans le contrat de concession, raison pour laquelle en n’ayant pas la connexion en ligne et la fiabilité les tables de casino et les chaises de bingo sont liquidées avec le taux mensuel. »

En ce sens, Coljuegos ne permet pas de liquider le taux fixe des éléments de jeu sur la base de critères autres que ceux déjà mentionnés par la vice-présidence du développement.

Maintenant, à moins que les opérateurs aient un défaut permanent sur ces paiements, il n’est pas envisageable d’approuver l’extension des facilités de paiement pour le reste de l’année 2021.

Selon Coljuegos, les facilités ou accords de paiement impliquent un défaut d’exécution des obligations. Une autorisation dans ce sens impliquerait alors de modifier les formes de paiement convenues dans le contrat de concession et selon l’article 41 précité de la loi 643.

Au sujet des indicateurs financiers, dont on a demandé l’assouplissement car aucune entreprise du secteur n’est en mesure de répondre à ces exigences. Ce que Coljuegos a accepté, mais pour pouvoir fleixbilizarlos correctement et selon la situation réelle qui vit l’industrie, l’entité a demandé aux agrégations puis présenter des études, l’analyse et la documentation nécessaire pour évaluer les variations qui pourraient être faites. Y compris les états financiers pour 2020 du plus grand nombre possible d’opérateurs déjà approuvés par l’organisme compétent.

point de vente en ligne mundo video corp

Un des points les plus critiques du plan de Coljuegos, était tout ce qui concerne les conditions de fiabilité des MET. Des conditions dont ils ont demandé le report parce que ce n’était pas le bon moment pour les émettre si l’on évalue la réalité du secteur.

Cependant, Coljuegos, a assuré que ces conditions ont pour objectif d’atteindre le respect des normes internationales à moyen terme. Nécessaire de normaliser les caractéristiques techniques minimales que les machines doivent avoir.

Donc, sa mise en œuvre selon l’entité devrait être dans une condition de gradualité, comme acutalmente est en cours dans le ministère des Finances le projet qui a modifié le décret 1068 de 2015.

Ci-après, le document










Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *